Bannière
Bannière
Bannière

Le roi Mohammed VI à Conakry : le clash évité de justesse entre la garde présidentielle et la police

  • PDF

Le pire a été évité de justesse. La visite par le roi Mohammed VI et le président Alpha Condé du chantier de construction du Point de débarquement aménagé de Téminetaye à Kaloum hier vendredi a failli être gâchée par la faute de certains éléments de la garde présidentielle et de la police.

 

L'incident a eu lieu à l'heure de la prière musulmane de 14h. Le président Condé et son hôte de marque qui venaient de prier à Coléyah où ils ont procédé  à une distribution de Don royal de Corans prennent le départ pour Téminetaye.

 

L'alerte parvient au port artisanal qui attend le roi et le président avec impatience. La sécurité présidentielle et royale en place se met en branle. Il faut mettre de l'ordre et aligner l'assistance conformément aux protocoles de sécuritaire.

 

Dans ces circonstance, un élément de la garde présidentielle ordonne à un flic de libérer l'accès du débarcadère en construction. Le ton est désobligeant et accompagné d'une poussette. Le policier n'apprécie pas cette manière de faire. Ce qu'il signifie au béret rouge munie de son arme. S'en suit une escalade verbale entre les deux hommes. Quelques coups de poing fusent sans véritablement atteindre l'adversaire. Un autre militaire vient à la rescousse de son frère d'arme. Un second flic aussi intervient dans les échauffourées, en renfort à son collègue policier.

 

Des éléments de la garde royale s'interposent pour calmer les nerfs des agents de sécurité guinéens. Le général Mathurin Bangoura, gouverneur de la ville de Conakry, arrive très rapidement pour rappeler à l'ordre les agents surexcités.

 

La bagarre rangée sera évitée in extremis une vingtaine de minute avant l'arrivée du président de la République et du roi du Maroc.

 

Par Kaloumpresse