Bannière
Bannière

Paix et sécurité dans l'espace Mano: Les chefs d’état-major se concertent

  • PDF

Mettre en place une politique commune de lutte contre l’insécurité transfrontalière, en proposant des solutions concrètes aux problèmes sécuritaires dans l’espace de l’Union du fleuve Mano (UFM) et ce, en traduisant les solutions dans un plan opérationnel qui soit en mesure de garantir la résolution des problèmes identitaires. Voici entre autres, les raisons de la réunion qui s’est tenue mardi dernier, à Grand-Bassam et qui a regroupé les généraux des quatre pays (Côte d’Ivoire, Guinée, Liberia et Sierra Leone) que compte l’Union.

Une réunion qui s’est tenue sous l’autorité du ministre chargé de l’Intégration africaine et le ministère délégué à la Défense. Ouvrant cette importante rencontre, Paul Koffi Koffi a rappelé que la sous-région a non seulement des problèmes de sécurité des frontières terrestres, notamment la transhumance des combattants, mercenaires ou miliciens de toutes natures, mais aussi, des problèmes de frontières maritimes avec la piraterie qui gagne le golfe de Guinée. C’est pourquoi, il s’est réjoui de la tenue de la rencontre de Grand-Bassam de laquelle, il a dit: «attendre beaucoup en vue de permettre de lancer l’expérience à mener sur la frontière Ivoiro-libérienne». Il faut, a-t-il suggéré, la concrétisation de la coopération militaire par des accords bilatéraux qui devront être soutenus et encouragés par l’Union du fleuve Mano.

Mme Kaba Saran Daraba, secrétaire générale de l’Union, a indiqué que la réunion visait à délibérer sur les questions opérationnelles liées à la paix et à la sécurité dans la sous-région. «La sous-région, a-t-elle indiqué, est confrontée depuis deux décennies à des conflits, qui continuent d’affecter toute tentative de relance économique.

La tendance actuelle à la politisation de la violence dans notre région est un indicateur sérieux qui doit nous interpeller tous, surtout en période électorale et post-électorale», a-t-elle averti. Il faut, pour mettre fin à toutes ces menaces, renforcer la coopération intra-union pour mieux combattre le pillage des richesses halieutiques et maritimes et une recrudescence du piratage, sans oublier les trafics de tous genres, a-t-elle conseillé.

Les généraux Soumaïla Bakayoko, Souleymane Diallo (sur la photo), John Adé et Aroun T Johnson, respectivement chefs d’état-major de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia, ont pris l’engagement de travailler en synergie pour assurer la paix et la sécurité dans la sous-région.

Le Patriote (Côte d'Ivoire)