Bannière
Bannière
Bannière

Répression du 28 Sept. 2009 : Cheick Sako ignore quand débutera le procès

  • PDF
  • Précédent
  • 1 sur 2
  • Suivant

Le ministre de la Justice a rassuré vendredi que le massacre du 28 septembre 2009 qui a fait plus de 150 tués, alors que le CNDD était au pouvoir en Guinée, sera jugé dans le pays. Mais à la question de savoir à quand le démarrage effectif du procès, Cheick Sako qui avait misé sur 2017 a dit ne plus en savoir davantage.

 

"Une affaire aussi importante que l’affaire de 28 septembre, une affaire de crime de masse, il n’y a pas de délai. C’est pourquoi j’ai dit qu’on le veuille ou pas, cette affaire sera jugée dans notre pays, on ne sait pas quand mais elle sera jugée", a indiqué hier vendredi le Garde des Sceaux pendant une conférence de presse.

 

En décembre 2016, il avait pourtant promis l'ouverture du procès avant la fin de cette année.

 

Sans révéler la véritable cause qui retarde la procédure, le ministre de la Justice a indiqué aux journalistes que l'instruction a été bouclée ce 29 décembre. "J’ai eu le procureur de Dixinn et surtout les trois magistrats qui ont confirmé que l’ordonnance de renvoi devant le tribunal criminel a été prise aujourd’hui sur l’affaire du 28 septembre", a-t-il souligné.

 

Selon Me Sako, avec la fin de l'instruction, il va prendre un arrêté créant un Comité de pilotage composé de représentants de toutes les parties. Ce comité de pilotage va s'occuper des préparatifs du procès.

 

"Bien entendu un procès de cette envergure ne se décrète pas comme ça avec une baguette magique. Il faut de l’argent, il faut des conditions matérielles de préparation. Donc, soyez patients, il y a un temps pour tout", a affirmé le ministre de la Justice, et de conclure qu'il fera son devoir "jusqu’au bout".

 

Par Elie Camara