Bannière
Bannière

Quand Gueckédou échappe à l’emprise du pouvoir

  • PDF

Lors de son récent séjour à l’intérieur du pays, le président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Koundiano a tenté en vain de rabibocher les populations de cette préfecture de la Guinée forestière avec le parti au pouvoir. D’après nos informations, la plupart des habitants de Gueckedou pensent que le divorce est consommé avec ce régime qu’ils accusent de « répression » et de « sectarisme ».

 

Les événements qui ont opposé les deux secrétaires généraux de la préfecture de Gueckédou, aux populations de cette ville forestière, ont laissé  sans doute des traces.  C’est le moins qu’on puisse dire, car la démarche entreprise par Kory Kondiano  pour rabibocher les habitants de la ville avec le régime se serait soldée par un échec.


En effet, d’après les échos qui nous sont parvenus, lors de son récent passage à Gueckédou, le président de l’assemblée nationale n’aurait pas réussi à vendre sa salade aux populations. Celles-ci n’avaient toujours pas digéré l’affront qui leur a été fait dans la gestion du dossier relatif au bras de fer qui les a opposés aux deux secrétaires généraux de la préfecture.

Il faut rappeler que tout serait parti de la bastonnade infligée à une perceptrice de taxe journalière de la police communale  par un enfant  de Fodé Traoré, secrétaire général chargé des affaires administratives.

Fodé Traoré va bénéficier du soutien inconditionnel de Sékou Touraman, secrétaire général chargé de l’administration. L’affaire prendra ensuite une connotation communautaire.

Puis la situation va dégénérer en émeutes. Et les populations vont exiger  en vain le départ des deux Secrétaires généraux de la préfecture.

Plutôt en guise de réponse à cette revendication, ce sont des forces de l’ordre et des bataillons militaires qui viendront investir la ville, afin d’étouffer la révolte.

Cette affaire vient rappeler celle de l’ancien maire Désiré Koundouno, qui a été trainé devant les tribunaux en janvier dernier pour détournement de 123 millions de FG. Des violences avaient, il faut le rappeler, émaillé le procès du maire de Koundou.

Tous ces faits ont certainement contribué à couper les ponts entre le parti au pouvoir et les populations de Gueckkedou.

De quoi mettre de l’eau au moulin du président du Bloc libéral, Dr Faya Millimono, devenu comme par enchantement le « nouveau chouchou » des habitants de sa ville d’origine. La mobilisation des populations lors du mariage de sa fille il y a environ un mois, a été perçu comme un signe du rapprochement entre Dr Faya et sa préfecture d’origine.

Source : L’Indépendant