Bannière
Bannière

Coopération Chine-Afrique : le président Alpha Condé plaide pour l'extension de l'Initiative "la Ceinture et la Route"

  • PDF

Le président guinéen Alpha Condé a souhaité l'extension de l'Initiative « La Ceinture et la Route » prônée par la République populaire de Chine à tout le continent africain pour faire bénéficier les avantages à tous les pays.

 

M. Condé qui préside également l'Union africaine a formulé ce souhait sur la chaine China Global Television Network ou CGTV, la télévision publique chinoise.


"Il est important pour nous que la Route de la soie soit étendue à l’Afrique. Pas seulement aux pays qui ont des ports, mais que grâce aux chemins de fer et aux routes, les autres pays en tirent aussi le bénéfice", a déclaré le président de la Guinée.


Le président en exercice de l'Union africaine a souhaité que ce ne soit pas seulement des pays comme la Guinée qui bénéficient de l'Initiative chinoise « La Ceinture et la Route ».


"Mais que des pays comme le Burkina Faso, le Mali et d’autres tirent autant d’avantage", a-t-il affirmé.


De prime abord, le numéro un guinéen a invité la Chine à expliquer à l’Afrique les tenants et les aboutissants de son initiative.


"Nous voulons comprendre (...) Nous voulons savoir d’abord concrètement qu’est-ce que la Chine prévoit pour l’Afrique dans la Route de la soie. C’est quand nous comprendrons quelle est la vision de la Chine sur l’Afrique que nous pourrons nous définir", a-t-il souligné.


ICR, une initiative de 950 milliards USD


Considéré par l’Empire du milieu comme le plus grand projet de développement de tous les temps, le « Belt and Road Initiative (BRI) », ou encore « l’Initiative la Ceinture et la Route (ICR) », a fait l’objet d’une conférence internationale en mai dernier à Beijing. Au moins 1500 représentants de plus de 100 pays, dont 29 chefs d’Etat et de gouvernement, ont assisté à ce raout.


Baptisée aussi l’initiative chinoise pour les « Nouvelles Routes de la soie », elle tire son inspiration des nombreuses voies d’échanges commerciaux et culturels qui reliaient les grandes civilisations asiatique, européenne et africaine il y a plus de deux millénaires, devenues plus tard « Route de la Soie ».


Selon Li Dan, Professeur et directeur du Département des langues étrangères et des études internationales de l’Institut de Diplomatie de Chine, cette initiative va nécessiter plus de 950 milliards de dollars d’investissements dans 900 projets à long terme.


"L’initiative La Ceinture et la Route couvre plus de 60 pays comptant une population totale de 4,4 milliards de personnes, soit 63 % de la population mondiale avec un volume économique global estimé à 21 000 milliards de dollars US, soit 29% du volume économique mondial", note Li Dan.


"La Ceinture et la Route traversent les continents asiatique, européen et africain. La Route de la Soie maritime du XXIe siècle suit l’itinéraire allant des ports maritimes de la Chine jusqu’en Europe, en passant par la Mer de Chine méridionale et l’océan Indien. Puis des ports maritimes de la Chine jusqu’au Pacifique Sud, en passant par la Mer de Chine méridionale", précise l’universitaire.


"Promouvoir la prospérité économique"


« La Ceinture et la Route » est une initiative du président chinois Xi Jinping.


A Pékin, les autorités indiquent qu'elle va assurer à coup sûr une promotion de la prospérité économique des pays riverains ainsi que la coopération économique régionale.


Elle va également "intensifier les échanges et l’inspiration mutuelle entre les différentes civilisations", pense le Professeur Li Dan, ajoutant à la liste, "le développement pacifique mondial".


Outre le renforcement de la coopération intergouvernementale, l’ICR se veut aussi une plateforme de renforcement des liens culturels entre les peuples. "La Chine va accorder environ 10 000 bourses gouvernementales par an", souligne Li Dan.


"Les villes des différents pays concernés s’engageront dans les échanges et la coopération interurbains et nous encouragerons les villes importantes des pays riverains à instaurer des jumelages entre elles", dit-il.


Par Ougna Camara, Beijing