Bannière
Bannière
Bannière

Tenté par un 3è mandat ? Alpha Condé dirige la question vers les monarchies asiatiques

  • PDF

Décidément le président Alpha Condé veut maintenir jusqu'au bout le suspense lié à un possible troisième mandat. Interpellé sur la question, alors qu'il est en séjour en France, le chef de l'Etat guinéen s'est abstenu de trancher ouvertement ce débat comme l'a fait Mahmadou Issoufou début-avril ou encore  Alhassane Ouattara il y a quelques années.

 

Sur un ton empreint à la fois de prudence et d'hostilité le président Alpha Condé a signifié à tous les médias qui l'ont interpellé que le débat sur cette question n'est toujours pas d'actualité. A trois ans de la fin de son dernier mandat constitutionnel à la tête de la Guinée.

 

"C'est un débat qui ne m'intéresse", a-t-il signifié à RFI.

 

"Je n’ai pas à répondre" a-t-il affirmé à Libération. "Ce n’est ni aux journalistes ni aux puissances extérieures de décider", a-t-il ajouté.

 

Le président Condé a rappelé partout sa détermination à tenir les engagements pris devant le peuple de Guinée.

 

Mais ce qui est inquiétant dans l'interview accordée à RFI, c'est que le locataire du Palais Sèkhoutoureyah renvoie la question de la limitation des mandats présidentiels pour les monarchies asiatiques et occidentales.

 

"Je me demande pourquoi vous ne posez jamais la question aux asiatiques et aux européens? Pourquoi c'est aux africains que vous posez la question?", s'est-il indigné. Et de poursuivre : "Je ne vous ai jamais entendu demander à Singapour, à la Corée du Sud ou à la Malaisie de limiter les mandats. Alors qu'on respecte un peu l'Afrique".

 

Comme il le rappelle à souhait, il a invité au respect de l'Afrique et de ses dirigeants. "Désormais nous allons imposer qu'on nous respecte. Nous n'allons plus accepter qu'on nous dicte ce que nous allons faire. (...) Je ne réponds pas à cette question. C'est le peuple de Guinée qui jugera".

 

Par Kaloumpresse