Bannière
Bannière
Bannière

Guinée : des négociations en cours pour la construction d'une centrale de 200 MW à Kamsar

  • PDF

Le gouvernement guinéen est en discussion avec une société des Émirats Arabes unis pour la construction d'une centrale de 200 mégawatts dans la cité minière de Kamsar, environ 300 km au nord de la capitale, Conakry.

 

C'est le président guinéen Alpha Condé qui a fait l'annonce le 3 février à Boffa à l'occasion du lancement des travaux de construction de la mine de bauxite d'Alufer Mining Ltd.

 

La centrale qui aura une capacité de 200 mégawatts va aider à accompagner les sociétés minières présentes dans la région dans la transformation de la bauxite en Alumine. La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), Guinea Alumina Corporation, la Société Minière de Boké et Alufer Mining opèrent dans la région de Boké.

 

La Guinée dispose d'une importante réserve de bauxite estimée à plus de 40 milliards de tonnes, dont 23 milliards de tonnes localisées dans la seule région de Boké, selon le ministère des Mines et de la Géologie.

 

La production annuelle moyenne est estimée aujourd'hui à 15 millions de tonnes. Les réformes engagées depuis la prise du pouvoir par le président Alpha Condé devraient porter cette production à 50 millions de tonnes dans les trois prochaines années.

 

Le défi pour Conakry reste la transformation d'une partie de cette production brute en alumine avant d'être acheminée sur les marchés mondiaux. Mais la Guinée, "Château d'eau de l'Afrique de l'Ouest" comme l'appellent ses habitants en raison de son immense potentiel hydrographique, fait face à un manque criard d'énergie. Toute la production énergétique qui peine à atteindre 500 mégawatts est loin de satisfaire la consommation domestique.

 

"Il ne s’agit pas seulement de produire la bauxite et de la vendre", a fait remarquer Condé le weekend dernier. "Nous voulons aussi transformer une bonne partie de cette bauxite sur place à l’avenir. Car si nous ne transformons pas sur place, nous ne pourrons pas industrialiser notre pays".

 

Par Elie Ougna