Bannière
Bannière
Bannière

Friguia : une rénovation de fond en comble s’impose

  • PDF

Le président Alpha Condé et les dirigeants de Rusal ont procédé mercredi 20 juin à la relance officielle de la raffinerie d’alumine Friguia. Si l’évènement en soit constitue un ouf de soulagement pour les guinéens qui caressaient l’espoir de voir reprendre du service leur unité industrielle, il convient de signaler que son état actuel suscite crainte et peur.

 

Fria, ville située environ à 160 km à l’est de Conakry, était en ébullition cette semaine. Et pour cause, Friguia, la raffinerie d’alumine à l’arrêt depuis 2012 reprenait officiellement ses opérations.


La fête fut célébrée en deux temps. D’abord au mini-stadium de la ville où une manifestation populaire à fort relent politique a réuni fils de la localité et membres du gouvernement, avec à leur tête, Alpha Condé. Puis à l’usine où responsables de la compagnie Rusal et le chef de l’Etat ont exprimé dans des discours leur satisfaction et les perspectives par rapport à l’unité de production d’alumine.


A l’occasion de cette seconde cérémonie le chef Division alumine de Rusal Yakov Itskov a déclaré que plus de 600 unités d’équipements  ont été démontées, réparées et remontées. Soit 25% des pièces de l’usine  qui auraient ainsi été remplacées.


Selon les dirigeants de la compagnie 123,5 millions de dollars ont été investis dans la réhabilitation de l’usine pour donner lieu à une capacité de production estimée à 650 000 tonnes d’alumine par an.


Pour Rusal, l’objectif de cette reprise est clair : "Rendre Friguia économiquement rentable pour optimiser le prix de revient de la production".


Mais la vérité autour de la raffinerie d’alumine de Fria est qu’un véritable lifting s’impose. Au-delà de la relance stratégique mais hâtive de l’usine, Rusal actuellement en proie à des sanctions américaines, doit profondément rénover Friguia.


Aujourd’hui, le constat est frappant. La raffinerie construite en 1960 est vétuste. Elle peine à cacher les signes de vieillesse. Toutes les pièces sont rouillées.  Les dispositifs sécuritaires ne répondent plus aux normes.


A l’heure actuelle une réhabilitation de fond en comble est nécessaire pour éviter une catastrophe humaine et écologie.


Passée l’obnubilation de relancer l’usine, les autorités guinéennes doivent exiger de Rusal des d’importantes investissements. Sinon, le danger plane à Friguia. Et cette relance pourrait être éphémère.


Par Ougna Elie Camara