Bannière
Bannière

Prêt de 20 milliards USD de la Chine : Ce que vous ne savez pas !

  • PDF

On savait jusque-là que le gigantesque prêt de 20 milliards de dollars signé entre la Chine et la Guinée, le 5 septembre, va être investi dans les infrastructures contre l'octroi de quelques gisements de bauxite.  On en sait désormais sur quelques détails croustillants et les enjeux financiers. Décryptage.

 

Officiellement, Conakry mise sur cet accord pour booster la croissance économique du pays et atteindre deux chiffres à l'horizon 2020.

 

Les analystes sont unanimes que l'atteinte de cet objectifs devrait passer par l'amélioration des infrastructures de production et de transport.

 

Ainsi, la Guinée compte investir la première tranche du fonds, estimée à 1,3 milliard de dollars, pour réaliser quelques infrastructures stratégiques.

 

Elle compte dans ce cadre réhabiliter 330 km de route nationale - Coyah-Mamou-Dabola- pour environ 400 millions de dollars, procéder à l'extension de l'Université de Sonfonia (Conakry) en vue d'accroitre sa capacité d'accueil, et réaliser l'extension du port de Conakry pour un coût avoisinant 700 millions USD.


Par ailleurs, la Guinée et son partenaire chinois entendent investir 220 millions de dollars dans la réhabilitation de 200 km de route à Conakry, ainsi que la construction de la ligne d'interconnexion électrique entre Linsan et le barrage Fomi.

 

A terme, cet investissement dans le secteur énergétique, ajouté à la construction du barrage Souapiti et d'autres réformes dans le secteur permettra à la Guinée d'engranger environ 200 millions de dollars de revenus supplémentaires par an, grâce à la vente de l'électricité à ses voisins.

 

"C'est un programme unique, sans précèdent", commente le Négociateur en chef de l'accord, côté guinéen, Ibrahima Kassory Fofana (Photo). "Ce que le président Alpha Condé a réussi dans ce programme, c'est grâce à la (bonne) perception que les autres ont de lui".

 

"C'est une opportunité pour la Guinée", ajoute Kassory Fofana.

 

Gisements de 6 milliards de tonnes de bauxite

 

La Guinée a déjà accordé trois projets de bauxite à des compagnies chinoises dans le cadre de cet accord cadre. Il s'agit du projet d’exploitation des blocs de Boffa Sud et Boffa Nord par Chalco, le projet bauxite alumine de CDM Henan Chine et le projet bauxite-alumine de SPIC, ancienne China Power Investment.

 

Ibrahima Kassory Fofana, également ministre d'Etat chargé des investissements et de partenariats publics privés estime à 6 milliards de tonnes de bauxite, la quantité de minerais que renferme ces trois gisements.

 

Et à titre comparatif, selon lui, la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) dispose à elle aussi, 6 milliards de tonnes de bauxite en terme de réserve.

 

"3 milliards USD d'investissements"

 

Les trois projets seront développés par Henan Chine, Chalco et SPIC. Ils vont consolider la position de la Guinée sur le marché de bauxite. Henan Chine espère exporter annuellement 10 millions de tonnes. Quant à la SPIC qui réactualise ses études de faisabilité bancable, elle entend porter sa production à 15 millions de tonnes par an.

 

Chalco de son côté est en phase de mise à jour de ses études de faisabilité. Le document devrait être prêt en fin septembre, selon le ministre des Mines Abdoulaye Magassouba.


"Ces trois projets vont coûter 3 milliards de dollars d'investissements", d'après le ministre des Mines.

 

Mais la précision à apporter à ce niveau est que les 3 milliards de dollars d'investissements projetés ne sont pas inclus dans le prêt de 20 milliards de dollars. Ils représentent les investissements que toute autre compagnie pourrait consentir dans le cadre de l'exécution de sa convention.

 

Les régions de Boké et Boffa ont de quoi se réjouir de plus.

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59