Bannière
Bannière

Les agences de publicité projettent un sit-in le 6 mars devant l’OGP

  • PDF

L’Union nationale des agences et régies publicitaires de Guinée, ou l’UNARP-GUI, projette un sit-in le lundi 6 mars prochain devant le siège de l’Office Guinéen de Publicité (OGP), à Almamya dans la commune de Kaloum.

 

En annonçant cette manifestation non violente l’UNARP-GUI qui existe depuis 2012 entend ainsi protester contre deux mesures de l’instance de régulation du domaine de la publicité en Guinée.


« Nous agences de publicités, rejetons principalement la décision de l’OGP et de son Conseil d’Administration, d’augmenter unilatéralement le coût de la licence d’exercer la publicité, passant de 20 millions à 40 millions de francs guinéens », ont-elles indiqué dans une déclaration commune lue ce mercredi par Namory Kourouma, Secrétaire général  de l’union.

Le président de l’UNARP-Guinée Ibrahima Dieng est catégorique. La décision de doubler le prix de la licence a été adoptée à leur surprise générale. « Nous n’avons pas été associés à l’augmentation des frais de la licence », précise-t-il.

« Nous appelons à une révision considérable du coût de la licence de la publicité pour l’intérêt de la corporation parce que nos entreprises se meurent », plaident les agences dans la déclaration.


Pour les régies publicitaires cette hausse est inopportune. D’autant que la Guinée sort à peine d’une longue période de crise sanitaire marquée par l’épidémie Ebola qui a ralenti des activités économiques dans le pays.


Mais outre ce coût de la licence jugé exorbitant, les agences de publicités établies en Guinée s’indignent aussi contre le refus de laisser siéger leur représentant au sein du Conseil d’administration de l’OGP.  Ce Conseil qui a tenu sa première session du 25 au 27 janvier dernier a travaillé sans leur délégué tel que prévu par la loi.


Pourtant, ajoute la déclaration qui cite un décret du président Alpha Condé, le Conseil d’administration est composé de 11 membres et non 10 comme c’était le cas. Pour l’UNARP-GUI, cette situation favorise la non-prise en compte des réalités qui assaillent le secteur de la publicité.


En décidant d’occuper pacifiquement la devanture de l’Office guinéen de publicité lundi prochain, l’Union nationale des agences et régies publicitaires de Guinée espère  attirer l’attention des décideurs guinéens, l’opinion nationale et internationale sur deux aspects. Le risque d’étouffement qui plane sur le secteur de la publicité avec son absence du CA de l’OGP et l’imposition d’un tarif de licence excessif. Des mesures qui pourraient entraver le décollage réel de ce secteur pourvoyeur d’emplois pour la jeunesse.


La quarantaine d’agences de publicités membres de l’UNARP-GUI croit dur comme fer qu’il est important d’être présente dans le Conseil d’administration de l’OGP pour donner son avis en tant que spécialiste de la publicité.


« Nous invitons toutes les agences, opérateurs économiques et professionnels de la publicité à un sit-in devant le siège de l’OGP le lundi 6 mars à partir de 10h jusqu’à ce que le décret du président de la République, le Pr Alpha Condé, soit respecté avec la nomination au sein dudit Conseil du Représentant des professionnels de la publicité », insiste la déclaration.


Par Elie Ougna