Bannière
Bannière
Bannière

Siguiri : un soulèvement populaire contre la SAG

  • PDF

Jeunes, femmes et enfants de Kintinian se sont soulevés lundi 22 mai 2017 contre la société aurifère de Guinée (SAG). Depuis le 27 avril 2016 dernier, une convention a été signée entre la communauté de cette localité du Bouré et la SAG.

Mais à cause du non-respect des engagements, la population a barricadé ce jour la route de la zone d’exploitation minière octroyée à cette société par la communauté de Kintinian, un village historique. Des échauffourées ont éclaté entre les deux camps. Une situation qui n’a laissé personne indifférent : autorités sous-préfectorales, autorités communales et sages de la localité. Le sous-préfet Elhadj Alioune Guissé a tenu à sensibiliser les manifestants pour pouvoir trouver solution à ce problème.

« Moi sous-préfet, je ne suis pas assis. On est dans la même lutte. On va mettre une commission en place pour aller voir le préfet. Après, s’il y a l’impossibilité, vous allez faire votre révolte », a-t-il affirmé.


La zone de Bouré est connue depuis les temps immémoriaux comme une zone dont le sol et le sous-sol sont très riches.  Des richesses souvent exploitées par des sociétés étrangères. Le président de la délégation spéciale de Kintinian, Mamakaïn Camara, qui a pris fait et cause pour les manifestants, a insisté sur la nécessité de respecter les engagements pris par la SAG.  « Tant que la SAG ne respectera pas ses dix (10) engagements, les jeunes ne libéreront pas la route pour lui permettre de travailler comme ça se doit », a-t-il averti. Les manifestants, très remontés, n’ont accepté aucune négociation. Le porte-parole des grévistes, Balla Camara, par ailleurs ex-directeur sous-préfectoral de la Jeunesse de Kintinian, a pointé ce qu’il considère comme une faiblesse du ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, un fils ressortissant de Siguiri qui, à ses yeux, ne ferait rien pour le respect des conventions entre la SAG et la communauté du Bouré.


Parmi les points de revendication, l’on peut citer: l’engagement direct  de deux cents (200) personnes à l’usine ; la construction d’un marché digne du nom ; le logement des enseignants ;  la mosquée ;  le stade ; l’électrification du village, la réfection des routes.

Lire la suite sur MEDIAGUINEE