Bannière
Bannière

Inauguration du nouveau pont de Kaaka

  • PDF
  • Précédent
  • 1 sur 2
  • Suivant

Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a procédé, jeudi, 15 juin 2017, à Coyah, à l’inauguration du pont Kaaka, dans le district de Kouria, un don du gouvernement du Japon, dans le cadre de la Coopération Financière Non Remboursable, a suivi l’AGP.

 

D’un coût total d’un milliard six-cent six millions de yens (1.606.000.000¥), soit environ cent trente-un milliards de francs guinéens (131.000.000.000GNF), le nouveau pont Kaaka va enfin permettre une fluidité dans la circulation et le transport en toute sécurité des personnes et des biens sur la Route Nationale N°1, Conakry- Kindia.


Il s’agit d’un pont d’une longueur de 130 mètres à poutres en béton précontraint avec cinq travées, deux culées et quatre pieux, deux voies de 4 mètres chacune avec un accotement de 0,5 mètre et deux trottoirs de 1,5 mètres chacun, soit une largeur totale de douze mètres (12m), pour permettre une circulation confortable des véhicules et des piétons.


«Ce projet s’inscrit dans la politique de l’Aide Publique au Développement (APD) du Japon envers l’Afrique, qui accorde une importance particulière aux infrastructures, dont celles des transports, dans le cadre du renforcement de la base du développement économique», indique un communiqué de presse de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA).


Prenant la parole, la ministre guinéenne des Travaux Publics, Oumou Camara a fait savoir, que le nouveau pont de Kaaka, en remplacement de l’ancien construit dans les années 40 (période coloniale), «vient s’ajouter à la longue liste des infrastructures réalisées par le gouvernement guinéen».


De son côté, l'ambassadeur du Japon en République de Guinée, Hisanobu Hasama, a d’abord rappelé, que ce pont Kaaka a été promis au président Alpha Condé par le premier ministre japonais, lors de la Cinquième Conférence Internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique (TICAD-V).


«Je suis convaincu que le nouveau pont de Kaaka contribuera largement à la fluidité de circulation sur ce grand axe de communication, si essentiel pour la Guinée, et qu’il rendra plus facile la circulation des personnes et des marchandises. Au niveau national, ce pont est un lien entre Conakry, la Basse Côte et l’intérieur du pays», a souligné le diplomate japonais.


Il va, sans nul doute, contribuer non seulement à dynamiser les échanges commerciaux nationaux, contribuant ainsi à la croissance et au développement de la Guinée, mais aussi à renforcer l’intégration régionale, puisque ce pont va irriguer la Route Nationale N°1, qui connecte la Guinée à ses voisins de la CEDEAO, a ajouté Hisanobu Hasama.


Avant de procéder à l’inauguration officielle de l’ouvrage, le président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé a dit, que c’est une fierté pour lui de venir inaugurer ce pont Kaaka, qui n’est qu’une des grandes réalisations du fruit de la coopération entre le Japon et la Guinée.


«Nous savons le nombre d’écoles que vous aviez construit et le nombre de ponts, et surtout l’appui que vous aviez apporté pendant Ebola avec le système de contrôle rapide. Dans quelques jours, j’aurai l’occasion de visiter votre beau pays (Japon), puisque je dois aller en visite officielle du 19 au 29 juin prochain.


Donc j’aurai l’occasion de remercier le premier ministre, ainsi que la population japonaise. Comme je l’ai dit au premier ministre japonais lors de la 6ème TICAD à Nairobi, c’est bien que le Japon nous fasse des dons, mais ce que nous souhaitons aujourd’hui, ce sont les investissements des entreprises japonaises, car nous souhaitons avoir une coopération gagnant-gagnant et d'égal à égal. J’espère que ce message que je vais transmettre au Japon sera bien entendu», a déclaré le chef de l’Etat guinéen.


Selon lui, ce pont est très important, à cause des accidents qui ont eu lieu ici parce que nous ne respectons pas le code de la route, nous ne respecterons pas le nombre de passagers, alors il ne suffit pas seulement de faire les ponts. Il faut qu’on discipline les conducteurs, il faut qu’on discipline les populations. C’est pourquoi, nous avons décidé de faire l'état général de la circulation routière, afin d’obliger chacun à respecter le Code de la route», noté le président Condé.


AGP