jeudi , 3 décembre 2020

La communauté internationale demande la levée des dispositifs sécuritaires déployés chez Dalein

Une mission de la CEDEAO, l’Union africaine et des Nations-Unies a invité mardi les autorités guinéennes à lever l’impressionnant dispositif de sécurité déployé devant le domicile du chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo. 

La mission conjointe a fait l’annonce après un séjour de travail de deux jours dans la capitale guinéenne. Durant ses contacts, elle a rencontré le gouvernement guinéen, la Commission électorale nationale indépendante, Cellou Dalein Diallo lui-même et le président Alpha Condé. 

« La mission a observé les dispositifs sécuritaires particuliers mis autour de la résidence du candidat de l’UFDG, M. Cellou Dalein Diallo ainsi que des locaux de son parti suite à sa déclaration sur les résultats de l’élection présidentielle. Elle exhorte les autorités guinéennes à lever ce dispositif dans la perspective d’un dialogue inclusif », a dit Francis Béhanzin, Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO.

Les émissaires des trois institutions ont, en outre, regretté les violences post-électorales enregistrées en Guinée et qui ont conduit à la mort d’une vingtaine de personnes et l’arrestation de plus de 200 autres. Ils ont invité les autorités à engager les enquêtes à l’effet de traduire leurs auteurs devant la justice. 

Aux forces de défense et de sécurité, la mission conjointe a demandé de faire preuve de retenue et de professionnalisme dans la gestion des manifestations. 

La Commission électorale a proclamé les résultats provisoires du scrutin présidentiel du 18 octobre. Le président Alpha Condé, candidat à sa propre succession, a été déclaré vainqueur avec 59,49% des suffrages alors que son principal challenger Cellou Dalein Diallo a été crédité de 33,50% des voix. 

L’ancien Premier ministre s’était déjà autoproclamé vainqueur du vote au lendemain du scrutin, provoquant des scènes de violences à travers le pays. 

La CEDEAO, l’U.A et les Nations-Unies ont appelé les candidats à faire recours à la Cour constitutionnelle pour contester ces résultats. 

Tous les candidats doivent suivre les dispositions légales et réglementaires conformément aux lois guinéennes et laisser les institutions faire leur travail, a ajouté Jean Claude Brou (Photo), Président de la Commission de la CEDEAO. 

« S’il y a des contestations, il faut suivre les voies légales et réglementaires. Il faut aller vers les institutions qui sont chargées d’examiner tous les recours, de les analyser et de donner les décisions finales », a dit Brou. 

Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*