jeudi , 22 octobre 2020

Campagne électorale : Quand le mauvais choix de l’UFDG de confectionner ses T-shirts à Dakar au détriment des PME guinéennes pénalise le parti

Plutôt que de permettre à des entreprises locales guinéennes de profiter de marchés liés à la campagne présidentielle, le parti UFDG de Cellou Dalein Diallo a préféré, lui, enrichir les sociétés de communication du pays de la Teranga.

La rédaction de Kaloumprese.com avait effectivement appris que plusieurs camions de matériels de campagne (tee-shirts, banderoles etc.) appartenant au parti de l’ancien Premier ministre avaient été bloqués à la frontière entre la Guinée et le Sénégal.

 
Le Gouvernement guinéen quant à lui explique des raisons de sécurité pour justifier la fermeture des frontières, notamment avec le Sénégal et la Sierra-Leone.

Nous cherchions à joindre l’un des cadres de ce parti, quand ladite information a éte confirmée  par l’une de ses voix les plus autorisées en la personne du tonitruant Ousmane Gaoual Diallo, lors d’une conférence de presse tenue à Conakry.

Pour cet ancien député dont le champion est à sa troisième candidature (Ndlr 2010, 2015 et 2020 contre le président Alpha Condé), cette fermeture de nos frontières ‘’ n’a qu’un seul et unique objectif : empêcher la livraison de notre matériel de campagne, enfreignant ainsi les principes d’inclusivité du scrutin présidentiel ».

La question que les uns et les autres se posent, est le pourquoi de la préférence du candidat Dalein à aller se faire confectionner du matériel  de campagne électorale au Sénégal, alors que des entreprises locales auraient bien pu profiter de cette  »aubaine » pour consolider leurs positions financières. 

 
Surtout qu’elles sont autant capables que leurs concurrentes sénégalaises de  »livrer la marchandise ».
 
Un employé d’une société de Com à Conakry ne cache pas sa colère quand il a été contacté par notre rédaction. « Ce monsieur ( Cellou Dalein Diallo, ndlr) préfère enrichir les autres. Toutes ses affaires sont au Sénégal. En réalité la Guinée compte peu pour ce monsieur. Quand il était ministre des travaux publics, c’est le Sénégal CSE qui raflait presque tous les marchés de construction de nos routes », peste notre interlocuteur. 

Fanta Bah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*