jeudi , 24 septembre 2020

Cellou Dalein Diallo désigné candidat : « Nous n’avons pas le droit de nous résigner »

Désigné dimanche 6 septembre candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée, l’opposant Cellou Dalein Diallo a dit accepter la décision en raison de son attachement aux valeurs  universelles de démocratie. 

Rappelant qu’il reste un homme préoccupé par la paix et la cohésion sociale dans son pays, l’ancien Premier ministre a indiqué que c’est pour ce principe qu’il a refusé la violence en 2010 et 2015 lorsque, dit-il, les voix de ses électeurs ont été confisquées. 

Il a souligné délicatesse de son engagement dans la course pour la présidence de la République. Surtout dans un contexte marqué par  l’absence de garantie d’une élection transparente. 

« Ai-je vraiment le choix lorsque les militants et les cadres du parti dans leur quasi totalité ont demandent que je sois leur candidat? », s’est-il interrogé avant d’affirmer qu’il acceptait la décision.

« Nous n’avons pas le droit de nous résigner, notre combat doit continuer », a-t-il déclaré. 

Selon l’opposant, la tâche sera difficile. Car d’après lui, la Constitution a été falsifiée, le fichier électoral est tronqué, la Commission électorale et la Cour constitutionnelles sont inféodées au Président Alpha Condé.

« La Guinée est dans une situation de non droit. J’accepte d’être candidat pour libérer notre pays de la dictature ». 

Et Cellou Dalein Diallo d’ajouter : « Si Alpha Condé ne reconnait pas sa défaite dans les urnes nous seront dans la rue, nous prenons à témoin la communauté internationale. Il est hors de question cette fois que notre victoire soit confisquée. Nous serons là dans les urnes et dans la rue et nous ferons face à toute velléités de confiscation des urnes ». 

Fanta Bah 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*