jeudi , 24 septembre 2020

Présidentielle 2020 : la CENI fait le point sur l’état d’avancement du chronogramme

Le 4 août, soit le lendemain de la clôture des opérations de révision exceptionnelle des listes électorales, le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Kabinet Cissé, a animé une conférence. Au menu : l’état d’avancement du chronogramme de l’élection présidentielle du 18 octobre prochain.

D’entrée, le président Kabinet Cissé est revenu sur les circonstances de l’adoption du chronogramme de l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. M. Cissé a rappelé que ce chronogramme se fonde sur les articles 43 de la Constitution du 6 avril 2020 et 159 du Code électoral qui stipulent que l’élection présidentielle doit se tenir 90 jours au plus ou 60 jours au moins avant la date d’expiration du mandat du Président de la République en fonction. Même que certains de ses collègues commissaires avaient soulevé des préoccupations sur le chronogramme. Pour lui, ces préoccupations devraient les aider à améliorer les activités qui ont été planifiées dans le chronogramme. « Nous devons les considérer comme une sorte d’alerte. Depuis la sortie de cette déclaration, nous sommes en train de travailler. L’élément le plus important est que malgré ces déclarations, nous sommes très heureux de constater aujourd’hui que tous les commissaires y compris le personnel technique de la CENI sont en train de travailler pour l’organisation des prochaines élections. Il faut déduire de cette démarche, la maturité de l’institution et du processus électorale. Cela veut dire qu’on peut soulever des préoccupations, mais l’organisation des élections est la responsabilité de tous », a-t-il souligné.

Les activités réalisées !

Le président de la CENI soutient qu’à ce jour, plusieurs activités ont été réalisées avec succès par son institution. Il s’agit de la mise en place ou la reconduction des démembrements de la CENI (CECI, CEPI et CESPI). Cette opération importante qui a concernée 4. 916 personnes dont 155 nouveaux membres, a été facilitée par l’Arrêt n°AE 011 du 18 juin 2020 de la Cour Constitutionnelle relatif à la requête de la CENI demandant la reconduction des membres des démembrements ; lLa formation de ces démembrements sur toute l’étendue du territoire national du 2 au 13 juillet par 76 formateurs nationaux et 1797 formateurs locaux ; le déploiement de 2 000 opérateurs de saisie, 345 superviseurs communaux, 38 coordinateurs préfectoraux et 8 coordinateurs régionaux par l’opérateur local ETI ; la mise en place de 2 000 centres de recensement des électeurs sur toute l’étendue du territoire national, communément appelles Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Electorales (CAERLE), soit 10 000 personnes déployés en raison de cinq membres par CAERLE, et dont 6 000 membres ont été formés du 15 au 18 juillet ; l’actualisation du découpage administratif par le MATD et de la cartographie électorale, une opération précédée de la formation d’environ 1.000 agents issus de la CENI et des structures décentralisées ; l’enrôlement des électeurs du 20 juillet au 3 août : 2.438 992 électeurs jugés problématiques par la mission des Experts de la CEDEAO à la veille des législatives du 22 mars 2020, les nouveaux électeurs ayant 18 ans et plus, et les non recensés.

La sensibilisation !

La CENI a mené une vaste campagne d’information et de sensibilisation des citoyens sur l’importance de leur mobilisation pour se faire enrôler, à travers l’organisation de CIP décentralisés, la diffusion des spots en langues nationales et l’implication des ONG avec une couverture nationale ; la mise en place du Comité de pilotage des opérations électorales le 11 juillet dernier (de la révision à la distribution des cartes des cartes d’électeurs). Dans sa ferme détermination de lutter contre l’inscription des mineurs sur les listes électorales, la CENI a adressé un courrier au ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation pour qu’il prenne toutes les mesures nécessaires auprès des Préfets et Sous-Préfet, en vue d’empêcher l’inscription des mineurs. Mieux, elle a fait signer par chaque membre de CAERLE un engagement sur l’honneur de n’inscrire aucune personne de moins de 18 ans.

Actualité oblige, ces différentes opérations réalisées se sont déroulées dans le strict respect des mesures barrières contre la COVID-19 : test obligatoire effectué par l’ANSS pour les missionnaires déployés sur le terrain, environ 400 personnes.

Les prochaines étapes !

Toujours dans le cadre de exécution des activités inscrites au chronogramme, les prochaines étapes à venir sont entre autres : la remontée et le traitement des données de l’enrôlement au site central ; l’arrivée prochaine d’une mission d’assistance de la CEDEAO et de l’opérateur international (INNOVATRICS); la certification du module de détection des mineurs par une expertise externe ; la gestion des candidatures par Cour Constitutionnelle ; la relance du call center et le système de consultation gratuite du bureau de vote par les électeurs ; les formations des acteurs du processus (société civile et médias,…).

Enfin, le président de la CENI, Kabinet Cissé, a loué les efforts du Gouvernement pour son appui matériel, technique et financier qui, doivent se renforcer dans les jours et semaines à venir, en vue du respect de la date du 18 octobre. Il a également salué l’effort louable de la CEDEAO pour son accompagnement au processus. A la lumière de ces avancées remarquables dans la mise en œuvre de son chronogramme, M. Cissé s’est félicité des étapes franchies et a réaffirmé la disponibilité de son institution à fournir des informations ou éclairages à toute fin utile.

Il faut rappeler que le président de la CENI était accompagné par ses deux vice-président Mamadou Bano Sow et Bakary Mansaré, des commissaires Aly Bocar Samoura, directeur du département Information, Communication et Sensibilisation ; Daouda David Camara, directeur du département Formation et Education civique ; Mamady III Kaba, directeur adjoint du département Formation et Education et porte-parole de la CENI ; Ibrahima Diogo Baldé, directeur adjoint du département Planification et Opérations ; Mamadou Safa Tounkara, directeur adjoint Fichier électoral ; Boubacar Biro Barry, directeur adjoint du département Démembrements ; de François Kéléba, directeur du cabinet du président et du conseiller en communication du président, Ibrahima Kalil Diakité.

Ceni.org 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*