jeudi , 13 août 2020

Nanfo Dibay, l’imam qui prie en Maninka, décide de porter plainte contre X

L’imam Ikra Nko Nanfo Ismaël Diaby (au centre de la photo) n’entend pas lâcher prise. Pris à partie par ses concitoyens pour avoir fait la prière musulmane dans sa langue maternelle Maninka, le religieux a décidé de porter plainte contre X auprès des juridictions compétentes, afin d’être rétabli dans ses droits.

Et pour matérialiser son combat, il s’est choisi un avocat, et non des moindres, Me Salif Beavogui, très connu des prétoires de Guinée.

Ladite plainte, en plus des  »casseurs qui ont détruit sa mosquée » et d’autres biens personnels va également s’étendre aux autorités religieuses qui ont pris des mesures assez sévères à son endroit.

Poursuivant, il affirme qu’une plainte est portée contre X pour la démolition de sa mosquée, et la destruction d’autres biens lui appartenant.

 »Cette affaire ce n’est pas simplement parce que je prie en Maninka. Des extrémistes qui se disent croyants ont complètement détruit ma mosquée, mon véhicule et autres biens. Aujourd’hui j’ai pris un avocat et nous avons porté plainte contre X. Désormais je vais attaquer à la Cour Suprême les autorités religieuses », a indiqué Nanfo.

Les déboires de Nanfo Diaby ont débuté l’an dernier depuis qu’il fait ses prières dans sa langue maternelle Maninka.

Depuis, il vit au jour le jour des persécutions allant à des interdictions d’officier son culte, à la destruction de ses biens.

Le religieux continue de défier la communauté musulmane de lui montrer un seul verset du Coran où il est écrit qu’il est interdit de prier dans aucune autre langue que l’arabe.

 »Tant que l’on ne me montre pas cela, je continuerai de prier dans ma propre langue. Et là personne ne m’y arrêtera », tranche t-il.

Junior Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*