mercredi , 15 juillet 2020

Le nouveau visage d’un gouvernement à fort relent électoraliste !

Le Président guinéen Alpha Condé a procédé vendredi 19 juin à un « léger remaniement » comme le précise son propre décret. La nouvelle équipe gouvernementale, composée de 37 ministres et deux secrétaire généraux, aura pour mission de conduire les destinées du RPG à la prochaine élection présidentielle.

C’est donc un gouvernement de mission, à fort relent politique et électoraliste, qui a été constitué ou plutôt reconstitué par le chef de l’Exécutif guinéen. 

Dans le contexte actuel, il ne fallait pas s’attendre à un changement profond de l’ossature du gouvernement. Le Chef de l’Etat a donc préféré garder son Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana à son poste. 

Quelques nouvelles figure font une entrée fracassante. C’est le cas  Mory Doumbouya, précédemment Agent Judiciaire de l’Etat, qui arrive au poste du Ministre la Justice, Garde des Sceaux, en remplacement de Mamadou Lamine Fofana qui a mouillé le maillot et officiellement porté le projet de la nouvelle Constitution. 

Le directeur général de la Guinéenne de Large Bande (Guilab), Saïd Oumar Koulibaly, devient le ministre des Postes, des Télécoms et de l’Économie numérique. Il remplace Moustapha Mamy Diaby, très effacé depuis des mois, qui a d’ailleurs vite fait de remercier via Twitter le président de la République pour la confiance placée en lui pendant près de dix ans. 

D’autres nouvelles figures effectuent aussi leurs premiers pas dans ce gouvernement Kassory Fofana, Acte II. Hawa Béavogui, ancienne directrice adjointe du Fonds de l’hydraulique, qui prend la tête du tout-nouveau ministère des Droits et l’autonomisation des femmes. L’ancienne directrice des affaires administratives et financières au ministère de la santé, Djénabou Dramé, va à l’Enseignement technique. Tandis que le ministère du Travail et des Lois sociales, une nouveauté, est confié à l’Ingénieur chimiste Cheick Oumar Diallo.

On note aussi l’entrée très remarquée de Dr Mamadou Ballo au ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de la Modernisation de l’administration. Avant sa nomination, il occupait les fonctions de Ministre chef de cabinet de la Présidence de la République. L’ancienne secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances, Bountouraby Yattara, prend le contrôle du ministère de l’Energie. 

Pour le reste, le président a préféré prendre de l’ancien pour faire du nouveau. A commencer par les anciens opposants. Ils sont tous confirmés. Ainsi, Papa Koly Kourouma, garde le ministère de l’Assainissement et de l’Hydraulique, Aboubacar Sylla est maintenu aux Transports. Le jeune Mamadou Mouctar Diallo est confirmé au ministère de la Jeunesse et de l’Emploi jeune. L’indéboulonnable Ministre d’État chargé des affaires présidentielles Dr Mohamed Diané, est garde la Défense nationale. 

Très critiqué par une partie de la mouvance présidentielle pour sa méthode de gestion des crises, Tibou Kamara bénéficie toujours de la confiance du Président Alpha Condé. Il reste ministre d’État à la Présidence, conseiller spécial du président de la République, ministre de l’Industrie et des PME.

D’autres ministres techniques ou influents (c’est selon) ont pu sécuriser leurs postes. C’est le cas de Moustapha Naïté qui reste au ministère des Travaux publics, Abdoulaye Magassouba aux Mines, Mamadi Camara qui garde le Portefeuille de l’Economie et des Finances, Ismaël Dioubaté au Budget.

Récemment opposée au Premier ministre sur la procédure d’élaboration du Plan national de riposte à la Covid-19, Mama Kanny Diallo est confirmée tout de même au ministère du Plan et du Développement économique. 

En très bon stratège et calculateur, Alpha Condé a sans nul doute su redistribuer les cartes à quelques mois de l’élection présidentielle. Il refuse de dire s’il se portera candidat ou pas. En attendant les soupçons pèsent sur une éventuelle candidature du locataire de Sèkhoutoureyah.

Mais cette équipe reconstituée avec les mêmes joueurs et qui présentait déjà des failles en terme d’unité et de respect de la hiérarchie saura-t-elle se montrer efficace et jouer sa partition pour un éventuel troisième mandat de Monsieur Condé ? That is the question. 

Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*