vendredi , 30 octobre 2020

Les municipalités interdisent la marche du FNDC

Le Front national pour la défense de la Constitution projetait une marche à Conakry et dans certaines villes du pays ce jeudi 5 mars pour protester contre le projet de référendum et demander le départ du président de la République.  La marche de Conakry a été purement et simplement interdite par les mairies. 

Les lettres d’informations ont été adressées aux maires de Matoto, Matam et Kaloum, trois communes qui devaient être traversées par les manifestants du FNDC. Mercredi à 10h, en l’absence d’une autorisation formelle, la Coordination nationale du front a estimé qu’elle est dans son droit de tenir sa marche. 

Seulement, voilà. Dans l’après-midi, les trois mairies ont opposé une fin de non recevoir à la demande du Front anti-référendum. Elles justifient leur décision par la présence des experts de la CEDEAO en Guinée qui doivent travailler dans la « sérénité » et la préparatifs de la fête des femmes du 8 mars. 

Fanta Bah

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*