mardi , 17 septembre 2019

La Guinée au centre du conflit politique qui oppose la Somalie au Somaliland

La Somalie a annoncé le 4 juillet la rupture de ses liens diplomatiques avec la Guinée pour avoir reçu à Conakry le président du Somaliland Muse Bihi Abdi. En réponse, le Somaliland appelle la communauté internationale à « ignorer » les plaintes de Mogadiscio.

Conakry s’est retrouvée (sans le vouloir?) au centre du conflit politico-diplomatique qui oppose les frères ennemis somaliens.

En recevant discrètement le président du territoire qui a fait sécession de la Somalie en 1991, la Guinée a attisé la colère de la Somalie qui n’a pas manqué de considérer la réception comme une « violation flagrante de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de la Somalie ».

Le gouvernement de Hargeisa, la capitale du Somaliland, de son côté, se réjouit de l’excellence de ses relations diplomatiques avec la communauté internationale. Ce qui, à ses yeux, pousse la Somalie à la « paranoïa » et à entreprendre une « action préventive pour dissuader d’autres pays ».

« Le gouvernement de la République du Somaliland est profondément inquiet par la campagne d’agression grandissante du gouvernement somalien contre certaines nations africaines. Au moment où les dirigeants africains convergent sur Niamey pour trouver des solutions communes au continent pour des questions de paix et de sécurité et pour promouvoir une intégration plus poussée, l’administration somalienne a plutôt choisi de renforcer sa politique de diplomatie fondée sur la menace et la division, en visant cette fois sa rhétorique vide mais provocatrice contre le fier peuple de la République de Guinée, uniquement pour avoir noué des relations bilatérales de routine avec l’Etat homologue de la République du Somaliland « , souligne le Somaliland dans un communiqué.

Par Fanta Bah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*