mercredi , 26 juin 2019

Guinée : arrestation manquée d’un ancien ministre béninois des finances

Après le verdict de la justice espagnole qui s’est opposée à son extradition vers le Bénin, Komi Koutché pensait certainement avoir fini avec les tracasseries judiciaires à l’étranger. Mais selon son avocat qui était en conférence de presse ce lundi 03 juin 2019 à Dakar, Komi Koutché a connu ses derniers jours de nouvelles tracasseries policières. Il informe que son client a été de nouveau interpellé par la police sur la base de ce même mandat à Conakry, en Guinée.

Me El Hadj Diouf s’est prononcé sur les nouvelles tracasseries policières de son client. Komi Koutché semble ne pas encore être au bout de ses peines. Après la grande bataille judiciaire menée en Espagne contre son extradition, l’ancien Ministre béninois de l’économie et des finances s’est retrouvé coincé en Guinée sur la base du même mandat d’arrêt qui a conduit à son arrestation à Madrid.


Selon son avocat, Komi Koutché a été interpellé récemment, après la bataille d’Espagne, par la police alors qu’il était en voyage en Guinée. A en croire Me El Hadj Diouf, les vérifications ont montré qu’il s’agit d’un mandat d’arrêt émis depuis le 18 décembre 2018. Selon l’avocat c’est un mandat d’arrêt illégal car il avait été émis alors que le mis en cause était déjà dans les mains de la police espagnole. Plus loin dans ses explications, il évoque un autre mandat en date du 04 avril 2018 qui a été déjà révoqué par le juge. Il fait donc savoir que sans ces vérifications , son client aurait pu être à nouveau arrêté.

Que reproche l’Etat béninois à Komi Koutché?

Il s’agit d’un dossier de mauvaise gouvernance à la tête du Fonds National de la Microfinance (FNM). Cette affaire dans laquelle l’ex-DG/FNM est cité remonte en août 2017 où le conseil des ministres a rendu publics les résultats d’un audit commandité par le gouvernement pour vérifier la gestion financière de la structure de 2013 à 2016. Selon les informations fournies par le conseil des ministres, la gestion de Komi Koutche à la tête du FNM est caractérisée par des irrégularités qui ont coûté environ 60 milliards.

Interpellé par la justice, le mis en cause n’a pas hésité à se rendre disponible pour donner sa part de vérité dans ce dossier. Après avoir dénoncé à plusieurs reprises la procédure de la mission d’audit qui n’aurait pas cherché à l’écouter avant de rédiger son rapport, Komi Koutché s’est rendu au tribunal de Cotonou le vendredi 06 avril 2018. Après son audition, le juge en charge de l’affaire a décidé de le laisser partir.

Mais le dossier n’avait pas été visiblement rangé car quelques temps après, la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet) a pris le relais. C’est ce dernier rebondissement qui est en effet à la base des ennuis judiciaires de Komi Koutché depuis plusieurs mois.

Beninwebtv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*