dimanche , 16 juin 2019

Les victimes du massacre de 2009 se déchirent pour une histoire de sous

L’AVIPA (Association des Victimes, Parents et Amis du 28 septembre), chargée de défendre les intérêts des victimes du massacre de plus de 150 personnes en 2009, à Conakry, est empêtrée dans une crise profonde. Le nerf de la guerre s’appelle tout simplement l’argent.

L’homme par lequel la crise surgit se nomme Yéro Diouldé Diallo. Il est le vice-président de l’association.

Il relève dans une note de demande d’explication adressée à sa présidente, Asmaou Diallo, que la gestion de celle-ci présente des contours flous. Une gestion qui est opérée entre dame Diallo et son trésorier qui n’est autre qu’un de ses fils.

Yéro Diouldé Diallo demande dans son courrier, la destination de 115 millions de francs sur 900 millions de francs destinés préalablement à une formation de médecins.

Ils s’interroge en outre sur la destination de 65 millions, 80 millions et 30 autres millions de francs guinéens.

M. Diallo dit ne pas comprendre les remises de montants du compte d’Avipa vers des comptes tiers, sans motifs clairs.

En attendant son issue, cette crise naissante vient révéler à la face du monde que l’AVIPA est en réalité une poule aux œufs d’or dont les membres sont prêts à tout pour avoir un regard sur les énormes mannes financières octroyées pour servir la cause des victimes de la répression sanglante de 2009.

Par Mamady Fofana

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*