mercredi , 22 mai 2019

Sur TV5, Dalein se désolidarise de son lieutenant Gaoual, dérape et cogne Joseph Kabila

Invité dimanche 13 mai sur le plateau de TV5, le leader de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo a prévenu le pouvoir guinéen que toute tentative de modification de la Constitution en vue d’accorder une Présidence à vie à Alpha Condé ne passera pas en Guinée.

« Aujourd’hui, ils financent des grandes manifestations pour réclamer qu’on laisse Alpha Condé finir ses chantiers. (…) Je m’opposerai à tout référendum sur la Constitution et je ne suis pas seul. On a constitué déjà un front très large », a-t-il dit, citant un engagement sans faille des partis politiques, organisations syndicales et de la société civile.

Mais le Chef de file de l’opposition guinéenne s’exprimait un peu plus d’une semaine après une sortie hasardeuse du responsable de communication de son parti, Ousmane Gaoual Diallo. Celui-ci laissait entendre que son mentor serait installé de force en cas de retard constaté dans la tenue de la prochaine présidentielle.

« Qu’ils le veuillent ou non, en 2020, le président de la République sera Elhadj Cellou Dalein Diallo. Nous souhaitons que cela se passe dans les élections régulières. Mais s’il n’y avait pas d’élection, il sera installé par un coup de force quel que soit le prix à payer », a-t-il dit le 4 mai à Conakry.

Cellou Dalein Diallo a purement et simplement désapprouvé une partie de ces propos, rappelant au passage qu’il demeure un légaliste.

« Je ne valide pas le deuxième partie. Je sais qu’aujourd’hui nous avons toutes les chances d’être élu. Nous sommes des démocrates, des républicains, nous sommes attachés à l’organisation d’élections équitables et pour qu’on donne la possibilité au peuple de Guinée de choisir son dirigeant. Et dans ce cas, nous sommes convaincus que nous seront choisis parce que nous bénéficions d’une confiance très large de la part de la population guinéenne. Mais on ne va pas s’installer par la force », a calmé le président de l’UFDG.

Passée cette précision, Cellou Dalein Diallo, comme à son habitude, a manqué de tact lors qu’il évoquait le risque de report du futur scrutin présidentiel.

Il a souhaité que des élections équitables et transparentes » se déroulent en Guinée « à bonnes dates.  Ce qui, selon lui, est loin d’être le cas présentement.

« On prête à monsieur Alpha Condé s’il n’a pas la possibilité de s’octroyer deux ans de plus, un glissement à la Kabila. Et là aussi, les guinéens ne l’accepterons pas », a-t-il dégainé. Carrément.

Par Fanta Bah

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*