mardi , 25 juin 2019

« Il y avait une tentative de coup d’état derrière la grève des enseignants », selon le président Alpha Condé

Le syndicaliste Aboubacar Soumah échangeant une poignée de mains avec le président Alpha Condé

La grève des enseignants déclenchée en 2018 visait à déstabiliser le gouvernement légalement établi en Guinée, selon le président Alpha Condé.

M. Condé a fait cette déclaration dimanche 24 mars devant des jeunes militants du RPG, au siège du parti à Conakry.

« La grève des enseignants l’année dernière, il y avait quelque chose derrière. C’était des gens qui pensaient qu’ils peuvent renverser le gouvernement en s’appuyant sur certains militaires », a révélé le Chef de l’Etat guinéen, accusant l’ancien ministre Abdouraham Sano qui dirige la PCUD d’en être le principal instigateur. 

Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a déclenché une grève d’octobre à décembre pour exiger une amélioration des conditions de vie et de travail. Le groupe demandait par exemple une hausse de salaire à 8 millions de francs guinéens.

Selon le président Alpha Condé, les instigateurs de la tentative de coup d’état voulait s’appuyer sur l’armée.

 Par Fanta Bah

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*