dimanche , 24 mars 2019

RDC: un policier tué dans l’attaque d’un centre de traitement d’Ebola

Une nouvelle attaque d’un centre de traitement d’Ebola (CTE) a causé samedi la mort d’un policier à Butembo, l’un des principaux foyers de cette épidémie, quelques heures avant l’arrivée du directeur général de l’OMS dans cette ville de l’est de la République démocratique du Congo,  a-t-on appris de son maire.

Le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus et sa délégation, venus faire le point de la situation de l’épidémie d’Ebola en RDC, sont arrivés samedi à 11h30 (9h30 GMT) à Butembo, important centre commercial d’un million d’habitants et l’un des principaux foyers de la maladie à virus Ebola.

« Le CTE de Butembo a subi une attaque. Des tirs ont commencé vers 6h00 (4h00 GMT) puis ont repris 30 minutes après avec la résistance de l’armée et de la police », a déclaré à l’AFP Timothée Muissa Kiesse, maire de Butembo.

« L’armée et la police ont pu attraper l’un des assaillants, un milicien maï-maï, ce qui permettra de connaitre les mobiles de l’attaque du CTE », a ajouté M. Muissa Kiesse.

« Un personnel de santé a été aussi atteint (par balle). Il est pris en soin à l’hôpital. Nous espérons que son cas va s’améliorer », a-t-il indiqué.

« C’est la troisième attaque visant un CTE », a indiqué M. Muissa Kiesse.

Ces attaques rentrent « dans le registre des résistances qui ne se font plus au niveau de la population, mais au niveau des groupes armés qui ciblent désormais des structures de santé avec pour objectif de tuer les malades », a expliqué le maire de Butembo, qualifiant les assaillants de « terroristes ».

La dixième épidémie d’Ebola a été déclarée le 1er août 2018 dans la province du Nord-Kivu avant de toucher quelques jours plus tard la province voisine de l’Ituri (nord-est).

La lutte contre l’épidémie a, à plusieurs reprises, été perturbée par des attaques de groupes armés, dans cette région de la RDC, en proie à plusieurs conflits.La semaine dernière, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a suspendu ses activités de lutte contre Ebola à Katwa et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, à la suite d’attaques contre deux centres de traitement.

Les autorités congolaises ont rouvert les deux centres qui seront désormais cogérés par le ministère de la Santé, l’OMS et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).Dans un communiqué publié jeudi à Genève, MSF avait jugé pour sa part que sept mois après la déclaration de l’épidémie, « la riposte ne parvient pas à prendre le dessus » et à « maitriser l’épidémie ».

Les autorités estiment que l’épidémie est « relativement maitrisée »

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*