lundi , 17 décembre 2018

Absence du président du Gabon: des syndicats appellent à « une grève générale »

Une coalition de syndicats du Gabon a appelé jeudi à une « grève générale » du 10 au 12 décembre, pour dénoncer l’absence du président Ali Bongo depuis plus d’un mois, qui les prive « d’interlocuteur ».

Cette coalition, Dynamique unitaire (DU), a estimé dans un communiqué transmis à l’AFP que cette absence « d’interlocuteur » empêchait de résoudre « les problèmes » liés aux « mesures d’austérité » prises ces derniers mois par le gouvernement.

DU entend également dénoncer par « une grande marche noire pacifique » prévue le 18 décembre, la « modification illégale de la Constitution » pour pallier l’absence du chef de l’Etat, malade et hors du Gabon depuis le 24 octobre.

La Cour a ajouté mi-novembre un alinéa à la loi fondamentale qui, selon elle, ne prévoyait pas « l’indisponibilité temporaire » du chef de l’Etat.

La Cour a autorisé le vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, à convoquer et présider un Conseil des ministres. Avant d’être modifiée par la Cour, la Constitution gabonaise stipulait que seul le président pouvait autoriser son vice-président à organiser un Conseil des ministres.

Les syndicats ont critiqué cette décision et ils demandent « la démission » de la présidente de la Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo, pilier du régime Bongo, en poste depuis 1991.

De récents appels de l’opposition, de syndicats et de la société civile à manifester contre « la modification illégale de la Constitution », ont échoué, seules quelques dizaines de personnes y ayant répondu.Ces rassemblements avaient été interdits par le pouvoir.

Ali Bongo Ondimba est arrivé jeudi à Rabat pour poursuivre sa convalescence en milieu hospitalier après plus d’un mois passé dans un hôpital de Ryad pour un mal qui reste officiellement inconnu.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*