mardi , 20 novembre 2018

Rébellion : une fausse alerte crée la psychose en Guinée

Des rumeurs faisant état de la présence  d’un groupe de rebelles à Coyah, 50 km à l’est de Conakry, ont semé la panique la nuit dernière dans la capitale guinéenne et à l’intérieur du pays.

Selon les informations en notre possession, la fausse alerte a été donnée par des pêcheurs artisanaux et des habitants d’une localité de la sous-préfecture de Wonkifon vers 3h. Ils ont aperçu, en pleine mer, plusieurs navires qui se livraient à des activités douteuses, à leurs yeux. Sans prendre le temps de vérifier leur information, ils ont pris la lourde responsabilité de conclure leur observation par la présence de troupes rebelles au large de leurs districts.

Ce qui n’était en réalité que pure élucubrations. Car renseignements pris, il s’agissait de bateaux de pêche clandestins qui opéraient dans les eaux  guinéennes.

Un mouvement de panique s’est emparé des habitants des districts côtiers de la sous-préfecture de Wonkifon. Beaucoup ont fui leurs maisons au pas rallié le centre-ville de Coyah. A Conakry et à l’intérieur du pays, l’inquiétude a aussi gagné les esprits.

Aux dernières nouvelles, ces navires sont arraisonnés et immobilisés dans un port à Kassogna, environ 40km de Conakry.

La capitale guinéenne s’est réveillée jeudi matin sous une forte protection sécuritaire. Des militaires, pour la plupart des bérets rouges, postés à différents barrages inspectaient les véhicules à la recherche d’armes.

La présidence était quadrillée par la garde présidentielle. Et une partie du Boulevard du Commerce et de l’Avenue de la République qui jouxtent le palais présidentiel était fermée à la circulation.

 

Par Fanta Bah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*