vendredi , 6 décembre 2019

A Conakry, l’opposant malien Mariko tire sur Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo et IBK

Arrivé à Conakry dans le cadre de la commémoration de l’an 34 de la disparition d’Ahmed Sékou Touré, l’opposant malien, Dr Oumar Mariko, n’a pas fait dans la dentelle lorsqu’il a été invité à s’exprimer sur les présidents guinéen Alpha Condé et malien Ibrahim Boubacar Kéita (IBK).

 

Le président du parti de la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Independence (SADI), Oumar Mariko, n’a pas été tendre avec IBK. Pour lui la gestion du président malien est tout simplement « catastrophique ».

 

Dans une série d’entretiens avec la presse locale guinéenne, l’opposant qui dirige la troisième force politique au Mali, a rappelé que la venue d’Ibrahim Boubacar Keïta était perçue comme celle d’un sauveur.

 

Il est venu avec l’espoir de pouvoir assurer la sécurité, de pouvoir assurer la justice, a-t-il énuméré. Mais pour Mariko, le fiasco est saisissant aujourd’hui à Bamako. Pire, ajoute-t-il, les revendications ethnocentristes et la corruption à ciel ouvert ont fini par remporter la guerre sous l’ère Kéita.

 

Celui qui est aussi arrivé dans la capitale guinéenne pour poser les jalons de la création de l’Union pour la Révolution Démocratique Africaine (URDA) avec le Parti Démocratique de Guinée (PDG), a taxé le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé de… »Zéro ». Quant à son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, il l’a qualifié d’être « le chantre de l’ethnocentrisme ».

 

Par Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*