vendredi , 19 octobre 2018

Labé : la société QNet poursuivie pour « escroquerie et faux et usage de faux »

QNet, la société de vente directe est assignée en justice à Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée pour escroquerie et faux et usage de faux au préjudice d’une vingtaine de personnes. Le procès s’est ouvert mardi 20 février 2018 au Tribunal de première instance de Labé.

 

Cette première audience a consisté à la fixation de la caution par le président du tribunal à un million cinq cent mille francs guinéens pour l’ensemble des plaignants, à majorité des femmes.

Thierno Malal Diallo, Fatoumata Binta Diallo, Algassimou Diallo et Fatoumata Folly, travaillant pour Qnet, ont été appelés à la barre pour leur version des faits. Les prévenus ont rejeté les accusations portées contre eux.

L’une des plaignantes, Ramatoulaye, au sortir de salle d’audience, a confié à Mediaguinee que  »la société Qnet nous a escroqués plusieurs millions de francs guinéens.

 

Le montant total que nous réclamons est estimé à plus de 200 millions fg. Personnellement, j’ai vendu mes parcelles pour rentrer dans la société, j’ai fait rentrer 9 personnes avec une valeur de 60 millions. Binta (une agent du QNet) nous a dit d’aller pour une formation à Conakry. Pour cette première formation, chacun a payé 500 mille fg. Après, elle nous a dit de payer encore 500 mille pour une autre formation. Comme on n’avait pas d’argent, elle a haussé le ton, en nous disant qu’on peut travailler ou laisser. A notre retour à Labé, elle nous a dit à nouveau de repartir pour Conakry pour une autre formation. A notre arrivée, elle nous a dit qu’en lieu et place de la formation, d’amener des clients, ils vont acheter. On est revenus à Labé encore, après la société m’a donné 2 millions 200 mille. J’ai remboursé des dettes que j’ai utilisées pour la formation et le transport des gens que j’ai fait venir. L’argent a été remis à Qnet via Bonta main à main.  Après, elle m’a dit de travailler davantage que chaque mardi qu’on allait me payer. Et depuis, rien. C’est pourquoi, on s’est retrouvés pour porter plainte contre eux à la justice ».

Dans la foulée, l’avocat de la défense a sollicité le renvoi de l’audience pour quelques semaines. Une demande qui a été acceptée par le tribunal qui a finalement décidé de renvoyer l’audience au 13 mars prochain.

Source : Mediaguinee.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*