dimanche , 21 juillet 2019

Tension vive à Conakry

La tension est montée d’un cran lundi  matin, à la deuxième semaine de la grève déclenchée par une partie des enseignants du public. A Conakry plusieurs rues ont été barricadées par les élèves qui réclament la reprise immédiate des cours.

 

Sur la route Le Prince, aucune circulation n’est possible depuis le matin. Les principaux ronds-points T5, Enco5, Cosa et Bambéto connaissent  un calme précaire.

 

Fait très nouveau, l’autoroute Fidel Castro, habituellement connu pour sa tranquillité a été paralysée suite à une sortie spontanée des élèves du lycée Aviation, collège Gbessia et lycée Bonfi.

 

Les élèves ont érigés des barricades sur les routes, à l’aide de cailloux et ont brulé des pneus, entrainant d’importants embouteillages.

 

Il faut rappeler que le SLECG, Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, a déclenché depuis la semaine dernière une grève générale pour exiger une augmentation de salaire. Les négociations entre gouvernement et syndicalistes ont pris du plomb dans l’aile suite à l’arrestation de certains membres du syndicat par la gendarmerie pour trouble à l’ordre public.

 

Par Elie Camara

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*