mercredi , 19 décembre 2018

Arrestation de Syndicalistes au CES : la version de Hadja Rabiatou

La grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et chercheurs de Guinée (SLEG) est dans sa troisième semaine. Invités au Conseil Économique et Social pour négocier, quatre syndicalistes se sont fait arrêter et emprisonner durant le week-end. Accusée d’avoir orchestré l’arrestation des syndicalistes, l’actuelle présidente du conseil économique et social (CES) et ancienne syndicaliste, Rabiatou Serah Diallo s’est défendue ce matin sur les événements survenus dans les locaux de l’institution qu’elle préside.

 

C’était sur Espace FM, radio partenaire de votre site d’information. « Le conseil économique et social était en plénière sur la question. Moi j’étais à une réunion avec la ministre de l’Action sociale. La plénière a pris la décision d’aller demander qu’est-ce qui se passe au Premier ministre. Ils( membres de la plénière) sont venus me voir et rendre compte de la décision prise. J’ai dis que je suis de cœur avec vous mais allez au-delà du 1er ministre. Allez voir aussi le ministre en charge de l’enseignement pré-universitaire (Ibrahima Kalil Konaté communément appelé K au carré) pour en savoir plus », dit-elle avant d’ajouter que « cette mission de 4 personnes est allée rencontrer le premier ministre et par la suite K au carré. Cette mission, après avoir écouté le camp gouvernemental a invité le groupe de Soumah (syndicats) pour les écouter. Ils sont venus et je leur ai dit après leur avoir serré la main, interpellez-moi en cas de besoin. Mais je laisse la commission désignée par la plénière faire son travail… ».

Poursuivant, elle a tenu à préciser : «Deux gendarmes se sont pointés à mon bureau le vendredi pour faire arrêter Soumah. J’ai dit non frère. Vous ne pouvez pas les arrêter. Arrêtez moi d’abord en tant que présidente du C.E.S si vous voulez les arrêter puisque nous les avons invités. J’ai convaincu K au carré de les entendre et trouver une issue au problème. Les gendarmes sont répartis. Ils ont voulu arrêter mon chauffeur pensant que c’était Soumah. On s’est séparé sur ça. Le week-end, j’ai éteint mes téléphones dans le but de me reposer puisque tout le monde sait que je suis malade, diabétique. Et c’est hier dimanche qu’on m’a fait savoir que sur les réseaux sociaux j’ai organisé l’arrestation des syndicalistes dans les locaux du C.E.S. »

 

À la question de savoir si Rabiatou Serah Diallo va faire libérer les syndicalistes « enlevés » dans les locaux de son institution, la présidente du C.E.S a promis que ce sera débattu en plénière ce lundi.

À rappeler que la revendication d’une augmentation salariale et des meilleures conditions de travail sont à l’origine de ce mouvement social qui paralyse le secteur de l’éducation nationale.


Mediaguinee

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*