mercredi , 23 octobre 2019

Le gouvernement guinéen à Paris pour « vendre » son PNDES de 14,6 milliards USD

Le gouvernement guinéen ouvre demain jeudi 16 novembre, à Paris, une conférence internationale dénommé « Groupe consultatif ». Devant réunir les partenaires internationaux du pays, ce rendez-vous devrait permettre à la Guinée de rassembler une partie du financement de son Plan national de développement économique et social 2016-2020.

 

Officiellement, 400 participants sont attendu au Groupe consultatif qui s’ouvre ce jeudi dans la capitale française. Makthar Dio, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Akinwumi Adesina, président de la BAD, Sayed Aqa, vice-président de la BID et Giorgia Albertin, Cheffe de mission pour la Guinée du FMI, figurent parmi les invités prestiges.

 

« Le Groupe consultatif permettra au gouvernement de nouer des partenariats stratégiques autour de son PNDES mais aussi de lever des fonds pour financer plus de 50 projets structurants de son Programme national d’investissement », précise la Guinée dans une note conceptuelle distribuer à la presse.

 

L’Ouverture de la conférence sera président par le président Alpha Condé, fraichement rentré de la Jordanie, après trois jours de visite officielle.La première journée permettra aux partenaires de confirmer leur soutien au plan de développement de la Guinée et de faire des annonces de contribution. Quant à la seconde journée, le 17 novembre, elle sera réservée aux ateliers destinés au secteur privé.

 

« En lançant à Paris le Group consultatif, nous faisons une promesse à tous les Guinée: celle d’un développement inclusif et durable », a commenté Alpha Condé.

 

Mobiliser 32% des 14,5 milliards USD du PNDES

 

La conférence de Paris revêt une importance capitale pour les autorités guinéennes.  Le Plan national de développement économique et social qui s’étale sur cinq ans (2016-2020) va nécessiter un budget global de 14,6 milliards de dollars, soit 3 et 3,5 milliards US annuels à partir de 2017.

 

Conakry espère surtout utiliser ce plan pour financer le barrage de Souapiti (550 MW) et réaliser des routes, la voie ferrée Conakry-Bamako-Bobo Dioulasso, de même que des projets sociaux.

 

Selon Kanny Diallo, ministre du Plan et de la Coopération internationale, 30% des dépenses prévues dans ce PNDES seront financés par le budget de l’Etat et 38% reposeront sur les partenariats public-privés. Quant au reste, 32% du total des investissements, il sera apporté par le financement extérieur.

 

Par Elie Ougna

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*