dimanche , 18 novembre 2018

Doumbouya-Makissa : Des réformateurs qui font forcément des envieux

Depuis l’arrivée de Mohamed Lamine Doumbouya et de Aboubacar Makissa Camara, respectivement Ministre du Budget et Directeur National des Impôts à ces deux postes, les résultats y enregistrés sont sans équivoque, sinon qu’ils constituent la consécration des réformes en cours, à l’initiative de ce couple de jeunes dirigeants, conviennent des professionnels du secteur.

Au début ils ont été décrits comme des météores, comme ces jeunes fougueux, enthousiasmés, qui faisaient un saut dans l’inconnu, ou dans un environnement réfractaire à certaines pratiques qui riment avec l’orthodoxie d’une gestion saine. Il leur a été prédit de prendre un bide cinglant au finish. Justement qu’ils n’étaient pas des novices dans leurs boîtes respectives, pour y avoir prouvé de quoi ils sont capables pendant des années.

En plus, ils ont des comportements convergents qui se résument en ces qualités: l’audace, le talent et la volonté d’aboutir des réformes auxquelles ils croient tous pour le bonheur des caisses de l’Etat qui en a tant besoin pour son fonctionnement dispendieux à cause des exigences de développement qui s’imposent à lui.

«C’est difficile certes, mais pas impossible. J’y crois et j’ai le soutien de mes patrons, mon ministre et le Président de la République parce que je suis convaincu que ce que je fais est bon», disait le tout nouveau jeune Directeur au début de son aventure dans ses nouvelles fonctions comme s’il savait que la tâche est ardue et qu’il fallait avoir les carapaces suffisamment rigides pour résister aux invectives et autres balles égoïstes des hordes d’affidés, de personnes qui se sont inscrites dans une dynamique contraire. C’était vraiment risqué, puisque personne n’y croyait au départ. Mais lui qui développe un caractère fait de cocktail d’ingrédients d’audace, d’ambition, d’instinct et de capacité d’anticipation des réformes, y croyait encore une fois en dépit de tout.

Pour y parvenir, la formation fut et reste le moteur de ses réformes. Amener par ce processus les travailleurs de manière intelligente et diplomatique à faire l’autocritique de leur gestion, donc à se remettre en cause pour le besoin de se requalifier afin d’être à la pointe du fonctionnement nouveau que le jeune Directeur entend imprimer au service. C’est ainsi, que des formations sont régulièrement organisées, dans le pays et ailleurs dans le monde partout ou la nécessité se fait sentir au bénéfice des travailleurs des impôts. Des dizaines de cadres ont à cet effet bénéficié de formations sur le continent et en Europe grâce aux bons offices des partenaires qui ont financé toutes les charges y afférentes au gré du bon management.

Le constant dépassement en termes d’objectif budgétaire, ce qui est symptomatique de la moralisation imposée dans le processus de recouvrement des recettes fiscales en est le point flatteur. Le fait le plus appréciable qui ne l’était pourtant pas en amont, même pour les plus optimistes qui disaient attendre pour en juger, est la campagne de vente des vignettes.
A ce jour, en moins de deux mois, le trésor a pu encaisser plus de 20 milliards de francs guinéens de la vente de ces vignettes. Ce grand effort, les impôts ne s’en approprient pas seuls. Il est le fruit de la conjugaison de l’imagination et de l’audace de la tutelle qui est le ministère du Budget. A ce jour, une vague de mutations est en cours à la DNI dans le but de mieux qualifier le travail pour plus de recettes.

Les vieux démons qui se sont sédentarisés pour ne plus être productifs, et les cadres qui y ont été portés à des postes donnés par le biais du clientélisme, sont en train de faire leurs bagages. Sans doute, on ne peut s’attendre qu’à la concussion et à la délation à travers une synergie négative de personnes qui sont frappées par ces réformes qui produisent des résultats escomptés incontestables car les documents comptables sont là pour tout attester. Sauf que celui qui a commis ces deux cadres à la tâche, le Président de la République, les scrute et sait apprécier le travail fait.

Tant mieux !!!

ML Cissé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*