samedi , 18 janvier 2020

Enseignement pré-universitaire : le nouveau ministre salue une réforme de son prédécesseur

Ibrahima Kalil Konaté, ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation depuis fin février salue une réforme engagée par son prédécesseur Dr Ibrahima Kourouma. Il compte d’ailleurs bien la perpétuer. Un fait rare dans un pays où les promus ont pour habitude de balayer du revers de la main la politique de ceux qu’ils remplacent.

 

Dans un entretien avec la Cellule de Communication du Gouvernement le ministre « K² » juge bonne l’initiative de son prédécesseur relative à la publication des résultats de chaque examen national deux semaines après son déroulement.

 

Ibrahima Kalil Konaté apprécie une »innovation » qui, selon lui, permet de réduire les velléités de fraudes.   Il promet de s’inscrire dans cette même dynamique visant à moderniser et à moraliser les examens nationaux en Guinée.

 

« Mon équipe continuera à faire de même », déclare-t-il. « Nous sommes préparés à ça pour ne pas décevoir le peuple de Guinée qui a déjà apprécié cette méthode », ajoute-t-il.

 

Le tout nouveau patron de l’Enseignement pré-universitaire place sa politique sous le signe de la rigueur. Par exemple dans le cadre des examens nationaux les téléphones portables sont interdits dans les centres d’examens aussi bien pour les candidats que pour les surveillants. « Quiconque sera appréhendé avec un téléphone sera remercié pour l’année 2017 s’il est élève, et renvoyer pour les cinq prochaines années s’il est surveillant ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*