samedi , 24 octobre 2020

Peut-on reprocher à un Président de dire une vérité amère mais sincère à ses enfants ? (Par Saadou Nimaga)

La cérémonie d’ouverture du Forum de l’Etudiant Guinéen, voulu par le Gouvernement comme un cadre de discussions ouvertes, présidée par le Président de la République, a été marquée par la mort tragique du vice-recteur de l’Université de Sonfonia.

Mais, grande a été personnellement ma déception de voir certains de nos concitoyens reléguer ce drame au second plan, voire l’ignorer, préférant, au contraire mettre l’accent dans leurs commentaires sur ce qui semble être un événement normal, à savoir l’expression forte d’un besoin par une frange de la population à l’adresse du Président de la République dont la réaction proportionnée est une leçon. La plupart des commentaires et analyses relatifs au comportement des étudiants et la réaction du Président de la République devraient, à mon avis, tenir compte d’un certain nombre de facteurs.

 

Qu’il me soit, tout d’abord, permis ici de m’adresser à la famille éplorée du vice-recteur en lui présentant mes condoléances les plus attristées. En effet, même si la mort est le destin incontournable que toutes les créatures vivantes se partagent, je peux imaginer que les conditions dans lesquelles est survenue celle de Monsieur TOURE, sont difficiles à supporter pour les membres de sa famille. Je les appelle au courage et à considérer que cela était déjà écrit par le Bon Dieu et faisait partie de son destin. Ils doivent, au contraire, être fiers car leur fils, leur papa, leur mari est mort au travail, dans l’honneur, en train d’accomplir son devoir.

En poussant l’analyse plus loin, la mort de Monsieur TOURE n’est-elle pas la conséquence du choc qu’il a ressenti d’une situation incongrue, lui qui, comme le Ministre de l’Enseignement supérieur, comme les autres Ministres du secteur de l’Education, comme le Premier Ministre, comme le Président de la République étaient venus, décidés à procéder à une analyse pertinente des difficultés rencontrées par des étudiants guinéens pour y apporter des solutions appropriées. Ils voudraient que ce Forum soit l’occasion d’un diagnostic partagé des problèmes de l’étudiant guinéen en vue d’une restructuration profonde de notre Enseignement supérieur pour une optimisation et une efficience de la formation de nos étudiants. Tous ces responsables, y compris Monsieur feu TOURE, pouvaient s’attendre certainement à tout, sauf à une revendication des étudiants sur les tablettes, tant cela est léger et tant les problèmes substantiels qui les concernent sont importants et préoccupants et à mille lieues d’une distribution de tablettes. A mon avis, les étudiants guinéens n’ont pas bien mesuré la gravité de leur comportement qui est contraire à leurs intérêts au moment où leurs problèmes font l’objet d’une particulière attention du Premier magistrat du pays et des responsables du département de l’Education. Reconnaissons que ce comportement intervenu en présence des hôtes, ne peut être apprécié et considéré comme un acte de civisme car avec leur acte, étrangers présents ne retourneront pas dans leur pays avec une image reluisante de notre pays.

A quel pourcentage leurs conditions allaient changer positivement si, au début de ce Forum, et comme suite à leur revendication, une réponse favorable leur était adressée, par exemple en programmant cette distribution de tablettes ? Je réponds à 0% car les problèmes sont structurels et c’est pour cela que des invités venus des différents horizons se sont joints aux professionnels guinéens du secteur pour réfléchir ensemble à des solutions globales. Les tablettes sont donc loin d’être la solution qui va solder leurs problèmes auxquels le Forum devrait réfléchir des heures et jours suivants. Le contraste entre l’immensité des problèmes structurels de l’Enseignement supérieur dans notre pays et le manque criard de pertinence de la réaction des étudiants en rapport avec les tablettes est déconcertant et préoccupant.

Quand les étudiants agissent d’une manière aussi innocente, inadaptée voire maladroite, est-il honnête de leur adresser des paroles douces au nom d’une soi-disant promesse mais dont la mise en œuvre ne se prête pas ou plus au contexte ? Je pense que non. Je pense, au contraire, que la réaction du Président est donc normale et responsable. Elle est surtout honnête et naturelle. Pourquoi doit-il cacher son sentiment de colère contre une situation qui mérite qu’il s’énerve ? Exprimer son sentiment face à des étudiants pour les interpeller sur la réalité est justifiable devant l’histoire ; le contraire serait de la lâcheté.

Par ailleurs, s’agissant de promesse, il est évident qu’une promesse faite en pleine bonne foi ou un projet initié avec l’espoir d’en avoir un impact positif considérable peut se révéler inapplicable sans correction à cause d’un contexte qui rend son application en l’état, inutile voire inopportune.

En effet, s’il est vrai que le Président de la République s’est engagé à offrir des tablettes aux étudiants guinéens, il a tout aussi le droit de procéder à une analyse du contexte global qui préside à la mise en œuvre d’une telle promesse. A mon avis, il serait hasardeux et inutile de procéder à une distribution de tablettes à des étudiants dont la majorité possède des niveaux très bas-osons le dire- sans une analyse qui prendrait en compte des spécificités. Peut-on reprocher au Président d’avoir fait faire une analyse préalable en vue d’un ajustement pour une mise en œuvre plus efficace et plus efficiente ?

La question ou plutôt la préoccupation qui devrait être celle des étudiants est l’amélioration de leurs conditions d’études et l’adéquation des études au marché de l’emploi. La revendication relative aux tablettes n’avait pas sa place au lancement du Forum de l’Etudiant Guinéen.

La plupart des observateurs, experts de l’éducation, estiment que l’étudiant guinéen répond très difficilement à son nom d’étudiant car de par leur niveau, beaucoup d’universitaires guinéens peuvent se comparer difficilement à un vrai collégien. Je le sais personnellement pour avoir donné des cours à l’université.

Contrairement à ce qui peut être le sentiment de certaines personnes, je pense, pour ma part, que le Forum a permis de mettre au grand jour la nécessaire formation et sensibilisation des étudiants sur les vrais problèmes qui sont les leurs et l’urgence de s’y atteler. »

Saadou NIMAGA
Secrétaire Général du Ministère des Mines et de la Géologie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*