samedi , 16 février 2019
Flash info

Retait de Jammeh du pouvoir: Alpha Condé réussit un grand pari!

Sauf cas de force majeure, l’ancien président gambien Yayah Jammeh escorté par le chef de l’état guinéen le Pr Alpha Condé, pourrait ce soir même débarquer à Conakry en Guinée.

 

 

Des sources dignes  de foi ont indiqué que ses bagages avaient été convoyés hier nuit (Ndlr vendredi) vers la capitale guinéenne, juste quelques moments après que les accords qui ont sorti – enfin- la Gambie de l’impasse aient été signés.

Cela avait été une terrible épreuve de nerf non seulement pour les populations gambiennes, mais également pour les observateurs de la scène politique de ce petit pays d’Afrique, enclavé dans le Sénégal.

L’on avait frôlé le pire d’autant plus que les forces de la CEDEAO, sous le commandement du puissant Nigeria, accompagnés de quelques petits  »poucets » sénégalais, avaient décidé de mener l’offensive, et de faire de l’enfant de  »Kanilai », une bouchée.

Il est quand même difficile d’imaginer ce qu’aurait pu être la réplique de Yayah Jammeh en cas d’une intervention armée, car, en plus d’être un militaire aguerri, le Babili mansa n’est pas de nature à se laisser intimider.

Même s’il avait été officiellement lâché par des hauts gradés de l’armée gambienne, il n’en demeure pas moins qu’il pouvait compter sur un bon nombre d’officiers, de jeunes militaires acquis à sa cause, qui comme lui continuent – à tort ou à raison- de croire que les résultats de l’élection présidentielle de décembre 2016 avaient été pipés au profit de son ancien collaborateur et rival Adama Barrow. Ce qui l’avait poussé à se rétracter, après avoir reconnu sa défaite et félicité son adversaire.

Quoi qu’il en soit, les conséquences auraient été désastreuses pour les innocentes populations gambiennes.

Et c’est justement ce qu’avait compris le président guinéen Alpha Condé qui dès le départ, avait marqué son opposition à toute force de résolution de cette crise par la voie des armes. Le locataire de Sékhoutouréyah avait tenté de rassurer ses paires de la CEDEAO, que Yayah Jammeh n’était pas imperméable au dialogue. C’est ainsi qu’il décida de prendre les choses en main. De Davos où il était, le président guinéen savait qu’il pouvait compter que sur l’un de ses fidèles conseillers en l’occurrence Tibou Kamara, ancien secrétaire général de la Présidence guinéenne, et ami de longue date. C’est ainsi qu’il dépêcha ce dernier pour qu’il  se rende ‘’illico’’ à Banjul pour rencontrer  Yayah Jammeh, afin de le convaincre de quitter le pouvoir, et éviter à son pays toute confrontation militaire avec des conséquences imprévisibles.

Le choix et la confiance portés sur le jeune conseiller par le Pr Alpha Condé n’était pas fortuit. D’abord, Tibou est très proche de Jammeh pour être l’époux de la grande soeur de la première dame de Gambie, Zeinab Soumah. Aussi, sait-il que le brillant journaliste que fut Tibou possède l’intelligence et la verve qu’ont les grands médiateurs, pour faire plier  l’intrépide soldat Jammeh.

Ensuite, le président s’est rendu à  Nouatchoc pour convaincre le président Mohamed Abdoul Aziz de le suivre à Banjul pour rencontrer le désormais ancien président gambien.

On connait la suite! Jammeh accepte de quitter le pouvoir, s’en remettant à la volonté divine. Mais dans l’accord qu’il signe avec les médiateurs, la CEDEAO et les Nations unies, il est stipulé qu’aucune poursuite ne sera engagée contre lui. Ainsi, sur papier, il pourrait revenir chez lui et en ressortir quand il le voudra.

Pour le rassurer davantage de son soutien, Alpha Condé décide de ne quitter le territoire gambien qu’en compagnie de Jammeh et de sa famille. Il décide donc de passer la nuit à Banjul à son chevet. Dans les heures qui suivent, le Babili mansa devrait s’envoler Alpha Condé vers Conakry. On devrait y compter également  toute la famille Jammeh, et bien sûr le dynamique et désormais incontournable Tibou Kamara.

C’est donc un coup de maître que vient de réussir le président guinéen, fidèle à son slogan  »Guinea is back ». De Conakry, il sera loisible à Yayah Jammeh de choisir s’il devrait désormais vivre en Guinée, pays d’origine de sa femme Zeinab, ou de s’envoler vers d’autres destinations qui lui seraient également favorables. L’on parle plutôt de Nouatchoc en Mauritanie, du Maroc ou de la Guinée équatoriale.

Déjà à Conakry, les fidèles partisans d’Alpha Condé ont décidé de lui réserver un accueil à la dimension de l’homme. Quant à Tbou Kamara, il ne se prend guerre la tête. Pour lui, il est question d’œuvrer de sorte à mériter la confiance de son vieil ami Alpha Condé, dont il n’a jamais douté de la capacité à ramener la paix et la stabilité en Gambie.

Même s’il faut reconnaître que le jeune Tibou n’était pas à son coup d’essai. Malgré les efforts vains de négationnistes invétérés, prêts à pourfendre son jeune ami, le président guinéen sait que ce dernier avait pesé fort dans la balance pour mettre un terme aux troubles politiques dans son propre pays, notamment avec une opposition dont le jeu favori avait été de mettre de jeunes badauds dans les rues à la moindre incartade.

Il est aisé de reconnaitre que  je fus moi-même témoin des actions salvatrices de Tibou, dans le rapprochement entre Alpha Condé et ses irréductibles opposants, notamment El Hadj Cellou Dalein Diallo. Lors d’un entretien téléphonique qu’il avait eu en personne avec moi-même, alors que nous discutions de l’actualité politique en Guinée, il m’avait fait ce serment.  »Alpha, je rentre bientôt au pays, mais je te promets que dès j’y mets les pieds, je rencontrerai le président Alpha Condé et Cellou Dalein pour mettre fin à cette chienlit que nous avons connu jusque-là ». La suite des événements n’a en tout cas prouvé le contraire.

 

Alpha Camara

Gatineau, Canada

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*