dimanche , 21 avril 2019
Flash info

Apaisement politique: Rebelote pour Tibou Kamara ? (Par Top Sylla)

« Les amitiés renouées demandent plus de soins que celles qui n’ont jamais été rompues » (La Rochefoucauld). Si à la fin de la transition, et jusqu’aux premières années qui ont suivi l’élection du président Condé, la rupture semblait définitive entre celui-ci et l’ancien ministre d’Etat Tibou Kamara, aujourd’hui leur entente, leurs relations amicales paraissent inébranlables.

Cette amitié qui remonte loin dans le passé, quand l’un était dans l’opposition et l’autre faisait ses premières armes dans les médias, fait peur à certains pendant qu’elle rassure d’autres. Parmi les faits que pourraient invoquer les seconds, le rôle aussi efficace que discret joué par le natif de Dinguiraye dans le rapprochement entre deux de ses amis : le chef de l’Etat et le chef de file de l’opposition.

Un rapprochement qui a permis, dans une grande mesure, la signature de l’accord inter-guinéen du 12 octobre dernier. Ces retrouvailles entre les acteurs politiques pour fumer le calumet de la paix, et travailler dans le sens d’une démocratie apaisée, où chacun exécute sa partition tout en restant soucieux de l’intérêt général, ont suscité un immense espoir. Mais notre bon samaritain avait été prévenu.

Si dans ce contexte rester indifférent n’est pas une option, « prendre position c’est aussi courir des risques. Notamment celui d’être une cible dans les querelles byzantines, les invectives et les attaques crypto-personnelles que charrie le marais politique guinéen » (et d’autres milieux encore plus). Pour des motifs inavouables mais évidents, d’aucuns ne voient pas d’un bon œil le retour en grâce de Tibou Kamara, et encore moins la fin de la crise politique qui leur permet de faire leur pelote. Une hostilité qui ne le dérange pas outre mesure.

En plus de l’étoffe il a du coffre. Chaque fois qu’on l’a cru dans le pétrin, il en est sorti grandi. Comme on dit, « jette l’homme chanceux dans le fleuve, il remontera avec un poisson dans la bouche ». « C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus ». Loin du monde de la finance et de la crise des subprimes aux USA, la célèbre phrase de Warren Buffet semble bien coller à l’évolution de la situation. Après la vague d’espoir et le rêve d’une démocratie où les affrontements sanglants ne seraient qu’un mauvais souvenir, on voit les écueils se multiplier.

Le point 2 de l’accord, relatif à l’élection (ou la désignation ?) des chefs de quartier et de district, n’est pas du goût de tout le monde, y compris au sein de l’opposition. D’où le crêpage de chignons auquel on assiste dans les médias. On était impatient de voir comment la pétition lancée par les mécontents, regroupés en un Front du refus, pourrait empêcher le duo UFDG-RPG/AEC (plus des deux tiers du parlement) de faire voter la loi sur le code électoral. Mais voilà qu’une de ces histoires saugrenues dont la Guinée a le secret vient compliquer davantage la donne.

Le projet de loi déposé à l’Assemblée Nationale ne serait pas le bon. Devant les cris d’orfraie de l’opposition républicaine, le président du groupe parlementaire de la majorité, l’un des signataires de l’accord, a coupé court : « c’est de l’agitation politique » ! Déjà, l’on entend les ricanements dans le camp des frondeurs. S’agit-il d’un malentendu comme l’a laissé entendre le porte-parole du gouvernement ?

Les services du ministère de l’Administration du territoire ont-ils confondu les copies (il y a tellement de versions qui dorment dans les tiroirs) ? Le président Condé se serait-il ravisé au point de vouloir déterrer la hache de guerre, aussitôt après avoir fumé le calumet de la paix ? Quel que soit le cas de figure, il ne serait point surprenant de voir, dans les jours à venir, Tibou Kamara de nouveau à la tâche. Objectif ? User de son habileté et de sa proximité avec qui on sait, pour contribuer à apaiser les tensions. Au grand dam des pyromanes qui ont déjà (re)commencé à souffler sur les braises.

 

Top Sylla

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*