jeudi , 2 avril 2020

Insécurité : les ressortissants de Lola accusent les autorités administratives de passivité

Les Ressortissants et sympathisants de la préfecture de Lola à Conakry ont tiré la sonnette d’alarme jeudi face à la montée de l’insécurité dans leur localité.

 

Lola, ville frontalière avec le Liberia et la Côte d’Ivoire dans l’extrême sud de la Guinée connait une flambée de l’insécurité depuis des années.  Assassinats, viols et arrestations arbitraires y sont monnaie courante. De quoi susciter un sentiment d’inquiétude chez les ressortissants de cette ville à Conakry qui voient derrière ces actes un silence complice des responsables administratifs.

 

Ce jeudi 11 décembre, ces ressortissants ont invité les autorités du pays à diligenter des investigations rapides pour élucider les cas de viols, de crimes et d’arrestations qui sont actuellement pendants.

 

« Nous jeunes, femmes et sympathisants, faisons le devoir d’entreprendre  des actions depuis bientôt quatre mois afin que les autorités dirigeantes  actuelles du ministère de la Justice aient accès aux informations variées afin d’agir conformément aux dispositions légales à entreprendre », a noté Doro Traoré (Photo), Représentant des jeunes de Lola.

 

« Nous savons compter sur la presse pour faire preuve d’investigations impartiales,  sur les organisations des droits de l’Homme pour s’investir efficacement  dans cette partie de la Guinée profonde », a-t-il déclaré pendant une conférence de presse.

 

Selon les statistiques divulguées par les ressortissants, au moins dix cas d’assassinats ont été reportés en dix ans sans qu’aucune enquête fiable ne puisse situer les responsabilités. Conséquence, selon eux, la tension née de cette impunité est grandissante dans la préfecture.

 

« La population de Lola est divisée par des stratégies politiciennes, administratives et des intérêts personnels », a ajouté Joseph Théa, un autre ressortissant, insistant sur le fait que les autorités administratives sont restées muettes face à tous les crimes perpétrés à Lola.

 

D’après Roger Bamba, le parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel a un sérieux problème de leadership dans cette localité. Conséquence des élections législatives de 2013.

 

Selon ce leader les acteurs de la crise l’ont transportée dans les mosquées. Et à chaque fois « il y a filtration et arrosages », a-t-il martelé.

 

« Les autorités administratives qui se trouvent  à Lola sont complices de ce qui se passe  là-bas. Elles  n’ont pas de bons rapports avec la population à cause de leurs  comportements et agissements », a dit Roger.

Par Sériane Théa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*