vendredi , 13 décembre 2019

Les Notaires en conclave à Conakry

Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a présidé, mercredi, 30 novembre 2016, à Conakry, la cérémonie d’ouverture des travaux du 28ème Congrès des Notaires d’Afrique qui se tient sous le thème, «Partenariat Institutionnel du notariat», rapporte l’AGP.

 

Une occasion pour le président de la République d’assister à la signature du Protocole portant sur la coopération entre la Commission des Affaires Africaines (CAAF) et le Notariat Espagnol.

C’était en présence du représentant du Conseil Supérieur du Notariat Français et de l’Association du Notariat Francophone, François Grimaldi, du président du Notariat Espagnol, José Manuel Garcia, de la Commission des Affaires Africaines (CAAF), Me Mouhamed Tchassona Traoré, de l’Union Internationale du Notariat (UINL), Me Daniel-Sédar Senghor, du corps diplomatique et de plusieurs autres représentants africains du Notariat.

La Guinée, qui est à sa 3ème invitation, abrite pour la première fois le Congrès du Notariat africain. Après deux (2) reports, la première pour des raisons de troubles civils au profit du Sénégal en 2006 pour le 18ème Congrès et le second la situation sanitaire du pays due à Ebola en 2014 qui a contraint le Maroc à accueillir le 26ème Congrès.

Présidant la cérémonie d’ouverture, le chef de l’Etat guinéen, Pr Alpha Condé s’est dit très ému que ce 28ème Congrès se tienne dans son pays. Il a exhorté chaque entité à prendre ses responsabilités afin de créer une harmonie entre elles, pour une application correcte des décisions de Justice.

Dans son discours de bienvenue, la présidente de la Chambre des Notaires de Guinée, Me Fatoumata Yarie Yansané Soumah a montré sa satisfaction et l’immense bonheur d’accueillir le 28ème Congrès des Notaires africains en Guinée.

Elle a saisi cette occasion pour fustiger le comportement des magistrats et huissiers vis-à-vis de leurs professions respectives. «Il est regrettable de constater le décalage qui existe entre les textes et la pratique dans notre pays, car la force exécutoire de l’acte notarié y est niée et bafouée par les magistrats et les huissiers, au point de la vider de son efficacité», a-t-elle dit, avant d’énumérer quelques difficultés en matière foncière qui les mettent en concurrence déloyale avec les chefs de quartiers.

Pour sa part, le représentant du Conseil Supérieur du Notariat Français et de l’Association du Notariat Francophone, François Grimaldi, a félicité et remercié le Notariat africain pour les progrès énormes réalisés au cours de ces années sur tous les plans, juridique, professionnel, déontologique et maîtrise de l’authenticité.

Par ailleurs, procédant à la signature du Protocole portant sur la coopération entre la CAAF et le Notariat Espagnol, le président du Notariat Espagnol, José Manuel Garcia Collantes, s’est dit très heureux et fier de participer à ce Congrès africain, qui est aussi une occasion d’ouverture d’une voie entre l’Afrique et l’Espagne.

Le président de l’UINL, Me Daniel-Sédar Senghor prenant la parole pour la dernière fois en sa qualité de président mondial du Notariat a déclaré : «Le thème du 28ème Congrès des Notaires d’Afrique, ‘’Partenariat Institutionnel’’, arrive fort à propos, et montre toute la détermination et toute la responsabilité avec laquelle les professionnels du Notariat d’Afrique entendent s’inscrire dans une réflexion scientifique pouvant orienter l’évolution législative, pour coller au plus près aux aspirations de développement et de sécurité juridique de nos concitoyens».

La fin des travaux de ce 28ème Congrès des Notaires d’Afrique est prévue pour vendredi, 02 décembre, à Conakry.


AGP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*