samedi , 7 décembre 2019

COP22: La BEI (Banque Européenne d’Investissement) engagée à soutenir l’action climatique

La Banque Européenne d’investissement (BEI) s’est dite engagée à soutenir l’action climatique et augmenter les investissements ayant un impact sur le climat en Europe et en Afrique, a affirmé vendredi le vice-président de la (BEI), responsable de l’action pour le climat, Jonathan Taylor.

« La BEI salue la ratification de l’Accord de Paris sur le climat en moins d’une année après la COP21 (…) et reconnaît l’importance des financements à long terme pour agir face à un climat qui change et de la finance climat dans la réalisation de la croissance économique », a indiqué M. Taylor lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre de la COP22 qui se déroule à Marrakech.

 

L’Accord de Paris a renforcé les efforts visant à mobiliser plus de financements durables et catalyser de grands investissements où l’innovation, le leadership national et la finance internationale jouent un rôle crucial », s’est-il réjoui.

 

Depuis la tenue de la COP21 à Paris, la BEI a boosté les investissements en matière de climat, notamment des investissements en les moyens de transport durable, aux énergies renouvelables et efficience énergétique et a encouragé l’adaptation des investissements aux changements climatiques en Europe et à travers le monde, a-t-il ajouté.

 

Le Groupe BEI est présent au Maroc, à travers le financement de plusieurs projets en faveur du développement durable, notamment la centrale solaire Noor à Ouarzazate, a indiqué son vice-président dans une déclaration à l’issue de cette conférence.

 

« La centrale solaire Noor à Ouarzazate et le projet d’énergie éolienne du lac Turkana au nord du Kenya montrent comment l’investissement privé en Afrique pourrait contribuer au renforcement de la production des énergies durables », a-t-il souligné.

 

Quant au Chef de la politique environnementale, climatique et sociale à la BEI, Monica Scatasta, elle a noté que le groupe étudie actuellement plusieurs aspects des impacts climatiques dans le continent africain, afin de les prendre en compte et les intégrer dans les projets du groupe ciblant l’adaptation aux changements climatiques.

 

« Pour identifier de bons projets, il faut de bonnes analyses qui décortiquent les risques de vulnérabilité de manière à les intégrer dans des planification sectorielles », a-t-elle expliqué.

 

L’Union européenne a consacré une place de choix à l’action climatique dans son programme de financement à long terme. Ainsi, la BEI, au cours des cinq dernières années, a accordé plus de 90 milliards d’euros pour les investissements en relation avec le climat dans le monde entier.

 

En 2015, le financement climatique de la BEI a atteint un niveau record de 20,7 milliards d’euros, soit 27% du financement global.

HA/APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*