jeudi , 21 mars 2019

Après Rio tinto, la Banque mondiale (SFI) aussi se retire du projet Simandou

Après la multinationale Rio Tinto, c’est au tour de la SFI (Société financière internationle), une filiale de la Banque mondiale, d’annoncer vouloir se retirer du projet Simandou, qui reste à ce jour le plus grand gisement de fer au monde non encore exploité.


Selon plusieurs reportages dont celui du très sérieux Bloomberg News, la SFI a demandé à ses anciens partenaires Rio Tinto, Chinalco de vendre ses 4,6% de participation dans le projet qu’elle detenait depuis 2006. Ce qui pourrait lui permettre d’empocher une plus-value de 200 000 000$.

 »Nous confirmons que la SFI nous (Rio et Chinalco)  a demandé de vendre ses parts dans le projet Simfer » a affirmé Rio Tinto à l’agence Bloomberg.

En juillet 2016, le président du groupe Rio Tinto, le français Jean-Sébastien Jacques avait annoncé dans des médias internationaux que son groupe n’avait plus l’intention de mettre en valeur le projet Simandou, en raison disait-il de la baisse drastique du prix du fer sur le marché international.

Le projet de fer Simandou au sud de la Guinée dont le coût est estimé à quelques 20 milliards $ USD, devait permettre, s’il était réalisé de multiplier par 3, voire 4, le PIB guinéen.

Selon certaines sources proches du palais présidentiel, le président Alpha Condé qui ne supporte pas de voir ce gigantesque projet gelé, aurait décidé de miser sur les partenaires chinois de Chinalco pour l’exploitation des gisements de fer de Simandou.

Dès après l’annonce du retrait de Rio Tinto, le ministre guinéen des mines Aboubacar Magassouba, avait indiqué que le  » retrait de Rio Tinto du projet ne signifie nullement en rien que Simandou est gelé, puisque Rio n’est pas la seule actionnaire.

Alpha Camara

Gatineau, Canada

Tel: 613 700 6322

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*