samedi , 17 août 2019

Boké : le correspondant de l’AGP Moussa Batchily inhumé

Décédé le 1er octobre 2016, à Conakry, des suites d’une longue maladie, l’ancien inspecteur régional de la Culture et correspondant régional de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP), Moussa Batchily a rejoint sa dernière demeure, lundi, 03 octobre 2016, dans la préfecture de Boké, chef-lieu de la Région Administrative (RA), où il a servi pendant une quarantaine d’années.

 

Au cours des cérémonies funèbres, organisées à la Maison des Jeunes de Boké, autorités locales, cadres de l’Administration publique, collaborateurs de l’AGP, parents, amis, alliés et connaissances, ont rendu un dernier hommage à Moussa Moïse Batchily, qui laisse derrière lui une femme et une fille qui a passé le Baccalauréat cette année.

La dépouille mortelle de l’un des icônes du micro a été reçue à quelques kilomètres de la Commune Urbaine (CU) de Boké par les autorités locales.

Par ailleurs, le porte-parole de la famille éplorée, El hadj Mohamed Saliou Bah a indiqué: «Nos parents ont vécu dans l’intimité et dans la parfaite harmonie. Nous espérons que les œuvres de notre regretté seront perpétrées par ses successeurs en faveur de la communauté de Kakandé (Boké)».

Se souvenant de son compagnon d’hier, le préfet de Boké, Mohamed Lamine Doumbouya a témoigné : «Moussa Batchily, un journaliste confirmé, a été un model dans la franchise. Un collaborateur sincère qui a toujours soigné l’image de marque de notre localité. Que son âme repose en paix».

Visiblement ému, le gouverneur de la RA de Boké, Général de Brigade Siba Sévérin Lohalamoua a déclaré : «C’est avec beaucoup de tristesses que nous avons reçu la dépouille mortelle de notre frère, Batchily, l’une des voix mélodieuses et historiques de la grande édition du magazine de 22h. L’homme a inculqué dans l’esprit de la jeunesse, le désir et l’amour du travail bien fait, pour faire grandir le territoire».

Aux dires du gouverneur, «c’est à la famille de la presse, de savoir relever les défis pour garder le flambeau toujours allumé».

Se succédant sur le podium, les représentants de l’Assemblée Nationale, du Conseil communal, de la Société civile, des médias locaux, ont souhaité la pérennisation des actions de celui qui est mort, arme à la main.

Dans un poème dédié au défunt, le Club Littéraire Dinah Salif Camara a qualifié Moussa Batchily de «prince du micro et de la paix, incarnant ainsi les dimensions journalistiques».

Après la lecture du Saint Coran dans son entièreté, le prince du micro de Kakandéa été inhumé le même jour à l’après-midi dans son Boké natal.

Le ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique, Siaka Barry a assisté aux obsèques, en compagnie d’une forte délégation de son département et de la Direction Générale de l’Agence Guinéenne de Presse.

Paix à l’âme du regretté Moussa Batchily Amen !

AGP/03/10/016 MMC/ST

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*