dimanche , 15 décembre 2019

Sénégal : refusant une deuxième fouille, Aminata Touré boude un avion de Delta Airlines

Victime d’un contrôle «excessif» au moment d’embarquer à bord d’un vol de la compagnie Delta Airlines en direction des Etats-Unis, l’ancien Premier ministre sénégalais, Aminata Touré, aurait tout simplement boudé le vol. Explication.

 

Le tout sécuritaire des compagnies aériennes américaines, né de la tragédie du 11 septembre, a fait une nouvelle victime en la personne d’Aminata «Mimi» Touré. C’est le quotidien «L’Observateur» qui rapporte l’incident dans son édition du jour.

Ce dimanche, alors qu’elle était sur le point d’embarquer à bord d’un vol de la compagnie américaine Delta Airlines en direction des Etats-Unis, l’ancien Premier ministre aurait refusé de se plier à l’injonction de l’assistant du chef d’escale de la compagnie de sacrifier à une deuxième fouille.

«J’ai préféré rebrousser chemin, plutôt que de me prêter à une deuxième fouille exigée par l’assistant du chef d’escale. Malgré les explications données par le protocole de l’aéroport et les agents de police sur place ce dernier n’a rien voulu savoir. J’estime que la sécurité aérienne doit, en effet, être prise très au sérieux et j’ai eu à effectuer toute la procédure requise, notamment au niveau de notre police nationale, conformément aux normes et standards», se justifie l’ancien Premier ministre dans les colonnes de «L’Obs».

Après cet incident, certains ont vite fait d’accuser «Mimi» Touré d’avoir voulu passer outre le protocole de sécurité. Ce que dément l’intéressée. Selon elle, l’exigence de sécurité et de contrôle ne doit pas être l’occasion pour des individus «qui se croient en terrain conquis», de bafouer la dignité des citoyens.

«L’assistant du chef d’escale de Delta Airlines serait d’une arrogance inacceptable et doit être remis à sa place. Les clients d’Afrique méritent autant de respect et de considération que ceux d’ailleurs, ils payent pour un service qui doit être de qualité», estime-t-elle.

Du côté de l’aéroport, on explique que les personnalités détentrices d’un passeport diplomatique doivent suivre le protocole dressé par la compagnie Delta Airlines. Un protocole qui les soumet à un passage obligatoire par la salle Delta pour se faire fouiller en toute discrétion. Une procédure qu’aurait boudé l’ancien Premier ministre.

Lire la suite sur Afriquele360.ma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*