vendredi , 15 novembre 2019

Simandou : après le scepticisme de Rio Tinto, place à l’optimisme de la Guinée

Nous l’annoncions très tôt hier lundi. Le nouveau directeur général de Rio Tinto, Jean-Sébastien Jacques, a confié au magazine The Times que le projet Simandou est trop cher et ne peut  donc être développé dans le contexte économique difficile actuel.

 

Le nouveau patron de Rio Tinto qui remplace Sam Walsh affichait ce scepticisme tout en insistant sur le fait que l’investissement de 20 milliards de dollars nécessaire pour Simandou était trop cher.

Après cette sortie médiatique qui vient jeter le doute sur l’avenir du projet Simandou, le gouvernement guinéen a publié lundi nuit un communiqué dans lequel il se veut rassurant.

 

COMMUNIQUE DU MINISTERE DES MINES


En mai 2014, Rio Tinto a pris, dans le cadre de son rôle de leader dans Simfer pour le développement du projet Simandou Sud, des engagements qui portaient notamment sur la réalisation de l’étude de faisabilité bancable et la constitution du consortium des infrastructures. A date, le Consortium des infrastructures n’a pas encore été présenté à l’Etat Guinéen, contrairement aux accords. La société Rio Tinto demeure donc liée par ces engagements pris au sein de Simfer S.A. Des initiatives sont actuellement en cours avec tous les partenaires de Simfer S.A pour la poursuite du développement du projet.

Malgré le défi que représente le financement du projet, nous sommes convaincus qu’une solution de financement sera trouvée avec des partenaires partageant notre perspective à long terme. Nous attendons donc de toutes les parties prenantes d’adopter cette vision à long terme de ce projet qui s’exploitera sur au moins 50 ans.

De par la qualité du gisement, tous les investisseurs avertis sont conscients que l’exploitation de Simandou Sud sera déterminante pour l’avenir de l’industrie du minerai de fer. En outre, il a été confirmé par une firme indépendante de réputation internationale, dans le cadre de la réalisation de l’Etude de Faisabilité Bancable menée sous la responsabilité de Rio Tinto, que Simandou Sud serait, « en termes de compétitivité des coûts, la 5ème mine de fer la plus rentable dans le monde en 2025 et la plus rentable au monde en 2030 ».

De ce fait, le Gouvernement continuera de mettre tout en œuvre pour faciliter le financement du projet, et compte sur les parties signataires du cadre d’investissement pour respecter leurs engagements.

Le Gouvernement prendra entièrement ses responsabilités pour la réalisation de ce projet dans l’intérêt de la Guinée et de ses partenaires partageant sa vision à long terme du projet.

Le Gouvernement, à travers le Ministère des Mines et de la Géologie, profite de cette occasion pour particulièrement remercier les partenaires qui ont récemment démontré par leurs engagements financiers sans précédent, notamment dans le secteur de la bauxite, que la Guinée est une destination d’intérêt pour les investissements étrangers. Il invite tous les acteurs nationaux du secteur à continuer à œuvrer pour la promotion d’un cadre propice à l’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*