vendredi , 22 février 2019

La campagne contre les agences de publicité clandestines se poursuit

L’opération de fermeture des agences de communication clandestines lancée par l’Office Guinéenne de la Publicité est entrée hier mardi dans sa deuxième journée.

 

A Kaloum et à Matam, deux communes de Conakry, où la mission de l’OGP a sillonné ce mardi, les agences spécialisées dans la publicité mais ne disposant pas de licence ont été purement et simplement fermées. Même les agences détenues par des chinois n’ont pas bénéficié de circonstances atténuantes.

 

Par contre, celles étant dans les normes ont été félicitées et citées comme bon exemples.

 

Il faut souligner que la campagne touche aussi les panneaux publicitaires dont l’installation ne répond pas au normes. La loi guinéenne recommande en effet que les panneaux soient séparés d’une distance d’au moins 50m. Ceux ne respectant pas cette exigence ont été également arrachés par les services de l’OGP.

 

Après cette opération de ratissage quelque peu musclée, le directeur général de l’OGP, Paul Moussa Diawara a indiqué que sa nouvelle politique vise à remettre de l’ordre dans le secteur publicitaire. « On  a fermé certaines entreprises qui sont illégalement installées, qui n’ont aucune documentation,  aucun document, aucune licence, aucun agrément de l’OGP. On était  tenu obligé de fermer ces agences qui violent systématiquement les 17 conditions à remplir pour être installé en tant que régie ou en tant que éditeur publicitaire », a-t-il dit.

 

Pour M. Diawara, l’institution de régulation et de réglementation qu’il dirige doit faire en sorte que les panneaux n’encombrent pas la circulation. « Notre mission, c’est justement de faire en sorte qu’il est l’ordre et c’est ce que nous sommes entrain d’instaurer aujourd’hui ».

 

Par Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*