dimanche , 20 octobre 2019

Makanéra trouve « ridicule » l’aide de 20.000 euros qui a permis son évacuation vers la France

Ridicule. C’est le mot qu’a trouvé ce dimanche l’ancien ministre de la communication Alhoussein Makanéra Kaké pour qualifier le budget de 20.000 euros offert sur instruction du président Alpha Condé en septembre 2015 pour l’évacuer vers la France après un grave accident de la route sur la nationale Boffa-Boké.

 

Invité de l’émission « Terrain politique » sur la radio Sabari Fm, Alhoussein Makanéra Kaké, débarqué du gouvernement en janvier et exclu hier samedi du RPG Arc-en-ciel n’a pas fait dans la dentelle quand il a été interpellé sur l’implication d’Alpha Condé après son accident survenu l’année dernière pour qu’il recouvre la santé.

 

Celui qui se propose désormais comme « porte-parole de la jeunesse guinéenne » a estimé que cette le soutien d’Alpha Condé et de l’Etat guinéen était inférieure aux attentes. Surtout que le Chef de l’Etat, selon lui, dispose d’un budget présidentiel journalier de 1,5 milliards de francs guinéens.

 

« Évacuer un ministre de la République à 20.000 euros, c’est même ridicule », a déclaré l’ancien ministre qui s’est confié le mois dernier au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo.

 

Rappelons que de retour en Guinée en septembre après quelques semaines de traitement en France, le ministre de la communication d’alors n’avait pas tari d’éloges pour le président Alpha Condé, « un père de famille plein de magnanimité », avait-il reconnu. Ce dimanche, Makanéra a dit avoir été évacué grâce au budget de la Guinée.

« Je ne commandais pas beaucoup de directeurs »

 

S’agissant de son passage au ministère de la Communication, Alhoussein Makanéra Kaké dit n’avoir pas eu les coudées franches.  Une situation qu’il explique par le fait que les directeurs des régies financières de son département avaient été nommés par Alpha Condé sans son avis.

 

« Aucune de mes propositions aux directions où il y a de l’argent n’a été prise en compte », a-t-il révélé aujourd’hui, six mois après son limogeage.

 

Pour ce qui est de son avenir, Makanéra dit être en « négociations avancées » avec un parti politique de la place.

 

Par Elie Ougna

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*