samedi , 18 août 2018

Trois députés de la mouvance présidentielle recadrent Alpha Condé

L’atmosphère est délétère à la mouvance présidentielle. L’heure n’est pas à la sérénité pour le président de la République. Depuis sa sortie fracassante samedi au cours d’un meeting au siège du RPG, sortie pendant laquelle il a nié les efforts de ses militants de la Haute Guinée, Alpha Condé semble avoir mis toute la région sur son dos. Des voix se lèvent pour lui demander des explications.

 

En dépit d’une conférence de presse organisée ce mercredi par Sanoussi Bantama Sow et quelques jeunes pour rectifier le tir, trois députés (et non des moindres) de la mouvance présidentielle, tous originaires de la région de la savane, ont vertement recadré le Chef de l’Etat. Ils promettent de tirer les conséquences politiques qui s’imposent.

 

Lettre ouverte

 

« Lors de la dernière assemblée générale du RpG Arc en ciel le samedi 28 mai 2016, consacrée à la cérémonie commémorative de votre retour en Guinée du 17 mai 1991, vous avez tenu un discours dont certains propos que nous condamnons.

Vous avez dit et nous citons : « aujourd’hui vous dites Malinké, Malinké. Cela veut dire quoi ? Moi je ne suis pas venu pour travailler pour une ethnie. Les gens qui ont le plus combattu le RPG ce sont les cadres Malinké ce sont eux qui partaient voir le général Lansana Conté pour être nommés afin de combattre le RPG ». Vous ajoutez encore. « Tous ceux qui ont mené la lutte clandestine, il n’y avait aucun Malinké dedans. Je répète aucun Malinké, c’étaient des Bagas et des gens de Lola ». Fin de citation.


Faut- il rappeler que pendant cette longue lutte pour l’instauration de la démocratie plurielle dont vous étiez un des combattants, beaucoup de guinéens mais surtout de votre base politique en haute Guinée ont enduré la prison, les brutalités, la perte de Ieurs biens et même certains ont perdu la vie. Nous pensons que les discours de haine et de division ne doivent pas être tenus par les hommes politiques. Ce discours est d’autant plus inapproprié qu’il s’adresse à une communauté dont les valeurs cardinales sont le courage, I’honnêteté et la fidélité à la parole donnée. Sans cette loyauté indéfectible même dans un domaine aussi versatile que la politique, vous n’auriez jamais pu vous hisser à la magistrature suprême de notre pays.

Nous souhaitons qu’aucune communauté guinéenne ne soit victime de la stigmatisation. Celle ci est une source de discrimination et de conflits contraire à notre objectif de bâtir une Guinée unie afin d’aboutir à une nation forte et prospère. Elle voudrait être une protection pour toutes les ethnies guinéennes. Notre protestation s’inspire du principe de la morale et de notre loi fondamentale qui récuse la stigmatisation à tout groupe ethnique en Guinée par un homme politique quel qu’il soit, et encore moins par un Président de la république. La Guinée est un peuple uni, solidaire dans sa destinée et culturellement soudé. Les intellectuels guinéens se doivent de cimenter cette unité et non de mettre les différentes communautés dos à dos.

En ce qui nous concerne, nous allons tirer après concertations, les conséquences politiques qui s’imposent. »

 

Kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*