jeudi , 23 mai 2019

Guinée : le processus de réconciliation en marche

La Commission provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale en Guinée (CPRN) a organisé mardi un atelier national de restitution du rapport final des consultations nationales. Une activité qui s’inscrit dans le cadre de la recherche des voies et moyens pour aboutir à une réconciliation sincère et durable pour le pays.

 

Lentement mais surement, le processus de réconciliation nationale en Guinée prend forme. Ce mardi 31 mai, un atelier de restitution du rapport final élaboré après les enquêtes a regroupés acteurs concernés par ce processus à Conakry.

 

Cette rencontre a connu la présence du Médiateur de la République, Représentants du Gouvernement et Institutions républicaines, Délégués des préfectures et antennes régionales ainsi que les partenaires techniques et financiers.

 

Il faut rappeler que les consultations avaient pour objectif de recueillir les avis des guinéens sur les mécanismes de mise en œuvre de la réconciliation en Guinée.

 

Pour la CPRN, les taux de réalisation des consultations a dépassé ses attentes.

 

En effet, le Cabinet Africa Label Group S.A  qui a conduit les travaux sur le terrain a indiqué que 4898 enquêtes quantitatives soit 109% des prévisions initiales ont été réalisées. Aussi, 732 interviews individuelles soit 102%, 104 focus groups (97%) et 56 rencontres communautaires (102%) ont aussi été réalisés. Cela, avec « toutes les composantes de la Nation sans exclusive ».

 

Pour Mgr Vincent Coulibaly, Archevêque de Conakry et Co-président de la Commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale, la Guinée se doit de trouver sa propre voie pour réconcilier ses enfants. D’autant que son accession à l’indépendance en 1958, son évolution politique a été marquée par des actes de violation des droits de l’homme qui sont restés pour la plupart impunis. Toute chose qui, selon l’Archevêque, a engendré beaucoup de frustrations et fragilisé le tissu social.

 

S’exprimant au nom de la Commission, le religieux invité les guinéens à dire la vérité sur leur histoire et établir la justice. Il a encouragé des reformes institutionnelles en vue d’aider la Guinée à enraciner la démocratie.

 

Il s’est dit convaincu que relever un tel défi n’était pas une tâche impossible. « Rien n’est impossible à Dieu. Croyants que nous sommes,  nous devons être convaincus par la grâce du Tout Puissant que nous serons à mesure de trouver les voix de penser les blessures si profonde vers notre peuple », a affirmé Mgr Coulibaly.

 

Pour mener ses activités, la CPRN dit avoir inscrit la prière au cœur de toutes ses démarches. « Telle est la vision qui a été la nôtre depuis le démarrage de nos travaux en 2011 », a dit Mgr Vincent Coulibaly.

 

Il faut aussi rappeler que le rapport final du Cabinet Africa Label Group S.A formule plusieurs recommandations à l’intention de la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale. Ces recommandations, une fois traitées, seront officiellement remises au président de la République à qui revient la décision finale devant amener les guinéens à la réconciliation.

 

En attendant cette prochaine étape, Monseigneur Vincent Coulibaly a invité l’ensemble de la Guinée à se réconcilier avec Dieu. « Il est bon de savoir que le travail de réconciliation auquel nous attelons n’est pas qu’un simple devoir de citoyen. Il est aussi un acte de piété et demain, la justice traitera le pauvre, le riche, le grand et le petit sur un même pied d’égalité », a conclu l’homme de Dieu.

Par Sériane Théa


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*