mercredi , 13 novembre 2019

Bah Oury commence la gestion du pays avec Alpha Condé

Les choses commencent à se préciser avec le vice-président exclu de l’UFDG Amadou Oury Bah. Le président Alpha Condé vient de lui faire appel pour réfléchir sur la problématique du système éducatif guinéen.

 

Bah Oury a annoncé mardi avec fierté avoir été appelé à intégrer la Commission nationale de réflexion sur l’éducation. Une commission mise en place par le Chef de l’Etat pour mettre le secteur éducatif sur les rails.

 

« Une commission pour faire le diagnostic du système éducatif Guinéen a été créée aujourd’hui à la Présidence de la République..J’y participe », a-t-il annoncé. Avant de préciser dans un second tweet : « Cette commission de réflexion est composée de personnalités du monde politique, syndical , de la société civile et de cadres des ministères ».

 

Farouche opposant à Alpha Condé aux premières heures de la prise du pouvoir de ce dernier, Bah Oury a marqué un revirement spectaculaire depuis son retour d’exil en janvier.

 

Sa passivité et son mutisme face à certains actes posés par le pouvoir, ainsi que son combat à l’interne de son parti contre son président Cellou Dalein Diallo ont fait dire à ses détracteurs qu’il voulait composer avec le pouvoir.

 

Dans une interview accordée à notre confrère Africaguinee.com, Bah Oury a dit avoir accepté la proposition d’Alpha Condé afin de travailler dans une démarche constructive qui permet à la Guinée de relever progressivement des défis dans les différents domaines. « Là, ce n’est pas l’homme politique en tant que tel qui est sollicité. C’est au-delà de l’homme politique. C’est le citoyen qui a une expérience dans un domaine central, c’est le citoyen qui a exprimé des points de vue qui sont pertinents que d’autres ont estimé, peuvent apporter une valeur ajoutée dans la dynamique d’élaborer le diagnostic du système éducatif guinéen et d’envisager des alternatives possibles », a-t-il confié au site d’informations générales.

 

Il a dit ne pas tenir compte de l’avis des autres. « Peu m’importe ce que d’autres pensent. Je dis et je répète que je suis engagé dans une démarche constructive. C’est quoi une opposition constructive ? C’est celle qui, lorsqu’elle est sollicitée, apporte des éléments de propositions et solutions au Gouvernement pour l’intérêt national », a-t-il justifié.

 

Par Elie Ougna

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*