samedi , 24 août 2019
Flash info

L’ambassadeur des USA prudent sur la polémique suscitée par Alpha Condé

La polémique enfle. Le premier diplomate à réagir après la sortie médiatique confuse du président Alpha Condé dimanche sur un possible 3è quinquennat est bien l’ambassadeur des États-Unis en Guinée.

 

C’est chez nos confrères de Guineenews.org que le diplomate américain a réagi. Dennis Hankins, en tournée à l’intérieur de la Guinée, a simplement rappelé les conséquences d’une modification de la constitution avec l’aide ou non de la population.

 

« On a vu en Afrique Centrale, en Afrique Australe, des changements se sont effectués au niveau de la constitution. Mais ce qu’on a noté à Ouagadougou, à Dakar, les gens ne l’ont pas accepté. En Guinée aussi, c’est la même chose et le président n’a jamais parlé de changement de constitution. Je n’ai pas suivi la conférence de presse mais la constitution est bien claire là-dessus. On ne peut pas changer les détails de la constitution sans changer complètement la constitution. Évidement c’est pour le peuple, c’est ce qu’on dit dans les autres pays. Nous avons toujours porté un regard négatif vis-à-vis des leaders qui ont changé leur constitution. Mais, il y a eu des présidents qui ont modifié la constitution avec l’appui des populations. Du coup, il y a eu des problèmes dans nos relations bilatérales. Par contre, il y a eu d’autres pays où les populations n’ont pas accepté la modification ».

Selon l’ambassadeur, il est quand même trop de tôt pour parler de 3è mandat. « Le président guinéen n’a fait que 4 mois seulement de son second mandat, il a plus de 4 ans et demi devant lui. Donc c’est un peu trop tôt de parler de changement de constitution parce qu’il vient juste de commencer avec son second mandat ».

 

Pendant une conférence de presse organisée dimanche, le président Alpha Condé a ouvert une grosse polémique en répondant à une question relative aux présidents qui confisquent le pouvoir dans leur pays. « Je ne rentrerai pas dans ces débats de limitation de mandats ou pas. Il y en a qui s’agitent. Qui sera vivant en 2020 qui ne sera pas là. Qui est bon Dieu ? », a-t-il dit.

 

Par Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*